Un des kamikazes du  Bataclan était un Chartrain

La maison du terroriste son dernier domicile connu en 2012.

La maison du terroriste son dernier domicile connu en 2012 (AFP).

Parmi les sept terroristes identifiés samedi, trois d’entre eux sont des Français qui faisaient l’objet d’une fiche S et dont l’un est d’origine chartraine. Ismaël Omar Mostefaï a participé au massacre du Bataclan et il avait été inscrit dans les fichiers de la DGSI depuis 2010. Son dernier domicile connu se situe dans le quartier populaire de Beaulieu à Chartres (Eure-et-Loir) et il aurait fréquenté une mosquée à Lucé. Plusieurs membres de sa famille ont été interpellés dans la région parisienne, dont son père et son frère.

Des petits délits au terrorisme

Le Bataclan dans la nuit de vendredi à samedi.

Le Bataclan dans la nuit de vendredi à samedi.

Dans le quartier de la Madeleine, les Chartrains se souviennent de cet habitant du mail Anatole France. Né à Courcouronne  (91 il y a presque 30 ans), Ismaël Omar Mostefaï d’origine algérienne  y a habité entre ses 18 et 24 ans. Il avait deux soeurs et deux frères. Dans le quartier certains se souviennent qu’il jouait au foot, “un petit jeune homme qui n’avait alors  rien d’un islamiste”. Puis son père est parti dans l’Aube, le reste de la famille a rejoint Courcouronne. Ismaël Omar Mostefaï  enrichit alors son casier judiciaire de huit condamnations, conduite sans permis, outrage à agent, vols….. autant d’infractions qui n’entrainent pas une condamnation.

En 2010, désormais réinstallé à Courcouronne, à la naissance de sa première  fille il se calme, semble rentrer dans le rang mais se radicalise  suffisamment pour que  les services de renseignements lui consacrent une fiche S. Grâce aux empreintes relevées  sur un doigt arraché appartenant à l’un des kamikazes preneurs d’otages qui s’est fait exploser. Confrontées  au  fichier national des empreintes génétiques elles ont fourni son identité

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Pingback: soldat de métier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *