François Hollande, le rassembleur

Après le président guerrier, le président rassembleur. « Le dessein des terroristes est de plonger notre pays dans l’effroi et la division. Nous devons donc veiller à préserver au sein de chaque commune de France, l’unité  qui fait notre France », a martelé le président de la République aux environs de 13h15 devant 2000 maires venus de tout le pays au Palais des Congrès de la Porte Maillot à Paris à l’appel de l’Association des Maires de France qui a différé son congrès annuel.

hollande

François Hollande avait accepté l’invitation lancée dimanche par François Baroin, président de l’AMF alors qu’il avait prévu de ne pas se rendre à son congrès étant donné la grogne des élus locaux devant les restrictions budgétaires qui les atteignent.

A la fin du discours présidentiel, toutes tendances confondues, nos édiles ceints de leurs écharpes tricolores ont entonné, debout, la Marseillaise, ce qui renvoya au pays et au monde entier, à Daesh (acronyme arabe du groupe Etat islamiste) en particulier, l’image de cette belle unité demandée. Une union sacrée préconisée par le Premier ministre, un œcuménisme politique et transpartisan face au terrorisme qui aura peut-être plus de chance de durer au niveau local que celui affiché, au niveau national deux jours plus tôt au Congrès à Versailles et qui se fissurait déjà dans les couloirs au sortir de l’hémicycle. La campagne des régionales et les primaires à venir avaient aussitôt repris le devant de la scène. Evoquant « l’opération policière particulièrement périlleuse et lourde en cours », le président de la République, sous les applaudissements de la salle, a salué l’action des forces de l’ordre : « La France est fière d’avoir des forces de sécurité de cette qualité pour protéger nos concitoyens » a-t-il dit avant d’embrayer sur un discours consensuel au cours duquel il a rappelé qu’il prendrait en compte les propositions de l’opposition en en soumettant certaines au Conseil d’Etat comme dit au Congrès devant les parlementaires.

« Nous avons besoin de votre concours »

hollande« Face à la menace terroriste, il n’y a pas de différences entre les territoires, plus de clivage partisan qui tienne », a insisté François Hollande. « Vous, maires de France, vous connaissez mieux que personne votre territoire, votre population. Nous avons besoin de votre concours… J’attache une grande importance à la participation des maires de France… notamment dans le cadre de l’état d’urgence », a-t-il dit, évoquant notamment l’interdiction de circulation des personnes et des véhicules dans des lieux donnés et la protection des bâtiments publics ou privés. Dans la foulée il a annoncé une réunion des préfets et des maires dans tous les départements et que, 3 900 polices municipales n’étant pas en principe armées, des polices municipales, complémentaires de la police et de la gendarmerie, pourront être équipées avec des armes du stock de la police nationale.
Evoquant le projet de loi rénovant les dispositions de l’état d’urgence en vigueur depuis samedi présenté ce mercredi en conseil des ministres lequel prévoit une prolongation pour trois mois de l’état d’urgence à partir du 26 novembre, François Hollande a annoncé la dissolution des groupes faisant  l’apologie du terrorisme. « Si certains individus se livrent à l’apologie du terrorisme, dans certains lieux, dans des associations, dans des groupements de fait, le projet de loi présenté ce matin prévoit qu’ils pourront être dissous immédiatement » a -t-il dit.

« La  France, pays qui ne cède jamais à la peur »

hollandeAlors que la présidente du FN demande « l’arrêt immédiat de tout accueil de migrants » le chef de l’Etat a rappelé que « notre devoir d’humanité à l’égard des réfugiés va de pair avec le devoir de protection des Français. Nous aurons donc à faire les vérifications nécessaires avant d’accepter des réfugiés sur notre sol. C’est ce que nous avons fait et c’est ce que nous continuerons à faire. De la même manière la réforme portant sur le droit d’asile permet de refuser ou de retirer la qualité de réfugié à toute personne dont la présence en France constituerait une menace. C’est ainsi que nous assurerons la sécurité des Français avec un contrôle renforcé des frontières, tout en restant fidèle à nos valeurs ».
Puis s’adressant à la nation tout entière “la France, pays qui ne cède jamais à la peur” a conclu le président dont l’agenda est établi au jour le jour depuis les attentats de vendredi. Il était arrivé en compagnie du premier ministre Manuel Valls, des ministres de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et de la Justice, Christiane Taubira, avec lesquels il avait suivi l’opération policière de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) quelques heures plus tôt à l’Elysée.

F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail