Les leçons du premier tour

Rien n’est joué après le premier tour.  C’est l’un des enseignements  de ces élections  régionales . Bien qu’en tête et doté  d’une confortable avance, le FN n’obtient que 27,8% des suffrages au niveau national. Il ne devance que d’une courte tête les Républicains à 27,3%   et le parti socialiste seul  est à 23,2% . Les jeux sont donc très ouverts.

Le Front national  vient d’installer le tripartisme dans le paysage politique français et des triangulaires  se dérouleront dans pratiquement toutes les régions. La cinquième république n’y était pas habituée et les partis de gouvernement n’ont rien vu venir ou n’ont pas voulu voir. Les voilà angoissés, mêlant la salade à la rhubarbe, le courage et les mises en garde, les résolutions à l’incompréhension. Comment  est-on   arrivé à cette «  vague bleu marine »   réactionnaire et xénophobe, au programme aussi démagogique qu’économiquement irréalistes, aux valeurs contraires à celles de la République ? Oui, comment,  s’interrogent-ils à longueur de plateaux télévisés, oubliant que les sondages les avaient prévenus.

Le mal vient de plus loin

voteLa carte régionale a été chamboulée, l’automne a été douloureusement pluvieux dans diverses régions apportant de l’eau au moulin du FN, les réfugiés du Moyen-Orient  affluant  aux frontières de l’Europe, se concentrant dans la jungle de Calais , les attentats djihadistes du 13 novembre ont développé de l’anxiété chez les Français et en ont jeté un certain nombre dans les bras frontistes.

Mais le mal vient de plus loin. La responsabilité des partis qui nous ont gouvernés depuis des dizaines d’années  est lourdement engagée. Les uns et les autres ont échoué à sortir notre pays de l’atonie dans laquelle il se débat.  La droite est malvenue quand elle accuse la gauche de ne pas avoir  extirpé la France du chômage et de ne pas lui avoir  redonné confiance  en ses atouts qui sont bien réels. Elle fut pendant plus de dix ans au pouvoir  et il y avait eu l’avertissement de la présidentielle en sans détour 2002. La gauche comme la droite ont été incapables    d’apporter des réponses   à la hauteur des enjeux  locaux, nationaux et internationaux. Elles ont beau se renvoyer les torts et les manquements, elles n’ont pas su, conjointement, enrayer  l’insécurité sociale ressentie par des millions de ménages et le manque de perspectives de la nation.

Gauche et droite ne peuvent plus éluder  les questions existentielles qui minent  la France. Il va leur falloir les affronter. Elles ne peuvent tourner le dos à une véritable introspection avant  de poser de nouvelles bases et de se lancer dans  une indispensable reconstruction. Cela s’impose.

Françoise Cariès.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail