Régionales: pas de Sapin pour sauver le soldat Bonneau…

A gauche, certains électeurs fustigent les ministres régionaux comme Michel Sapin, qui fut aussi deux fois président de la région Centre, et Marisol Touraine, de n’être pas venus “sauver” le soldat Bonneau.

François Bonneau avec deux anciens président Alain Raffhestain et Michel Sapin (archives).

François Bonneau avec deux anciens président Alain Rafesthain et Michel Sapin (archives).

Le président de région fait profil bas dans ce domaine, pas un ministre pas le moindre secrétaire d’Etat prévus sur les terres qu’il a labourées durant la campagne et qui lui ont permis d’être l’un des socialistes les mieux placés pour l’emporter dimanche prochain. Alors qu’à droite le trio Vigier-Peltier-Fesneau multiplie les têtes d’affiche avec les visites des Le Maire, Juppé, Sarkozy et Fillon mercredi . A gauche, un seul grand meeting était prévu, c’était avant le premier tour avec Manuel Valls. Mais les attentats de Paris ont contraints le Premier ministre à annuler son déplacement à La Chapelle-Saint-Mesmin en banlieue orléanaise.

Depuis, l’ordre du jour est au rassemblement à gauche, avec les écologistes d’EELV qui ont fusionné sur la liste nouvelle et avec le Front de gauche qui n’y est pas, faute d’avoir fait 5%, mais qui apporte son soutien et devrait même figurer dans les dernières réunions. Ce qui explique ces “désertions” ministérielles. Imagine t-on en effet des camarades communistes ou même des écologistes qui ont tapé –surtout les premiers- à bras raccourci sur le gouvernement, à la tribune à côté d’un Sapin ou d’une Touraine?

Le cadeau eût été empoisonné

C’est toute la difficulté pour François Bonneau qui consiste à gérer une liste d’union avec des alliés qui ont, certes cogéré le conseil régional durant cinq ans, mais aussi fustigé à longueur d’année la politique à leurs yeux trop libérale du gouvernement. L’idéal aurait été le soutien sur zone de Jean-Yves le Drian qui fait l’unanimité. Mais le ministre de la Défense venu rendre hommage à un combattant orléanais mort au Mali ne pouvait décemment pas faire un détour par une réunion politique. L’autre “socialiste” porteur aurait été François Hollande qui grimpe allègrement dans les sondages. Mais le Président, officiellement, ne s’intéresse pas aux régionales…!

Restait l’ancien président de région: un Sapin en meeting en Touraine à quelques encablures de Noël, venu soutenir Bonneau et sa bande: la presse tenait là d’excellents titres, mais pour le président sortant, le cadeau eût été empoisonné.

Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. C ‘ est vous Ch B qui évoquez ” la bande à Bonneau ” , oh la la .
    Toute confusion avec une bande existant ou ayant existé est purement fortuite , non ?

  2. A paraître si tu le veux bien…

    Ca aurait pu valls(er) autour du sapin en Touraine, certes. Mais ces régionales sont surtout un combat de terrain où le bonne(t)eau régional bien françois peut jouer plus en faveur du sortant, car concret, plutôt que d’entendre, venues de Paris ou d’ailleurs, des promesses qui ne seront jamais tenues. Ces régionales sont surtout un rejet du système national vicieux qui remonte à François Mitterrand. Il a fait revenir le FN à l’affiche pour mieux tuer le PCF avec lequel il ne voulait plus Marchais…Les socialistes d’aujourd’hui paient le pari fou du grand stratège qu’il crut être.

  3. Tant il est vrai que tout membre du gouvernement , fut – il de notre région ,n ‘ est pas ” une réclame ” pour le candidat du même bord .
    D ‘ où l ‘ absence , stratégique de Sapin et Touraine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *