Les raisons de la (sainte) colère

Le trio Philippe Vigier, Guillaume Peltier, Marc Fesneau a tenu une conférence de presse d’entre deux tours plutôt du genre musclé, mardi 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception. Comme le paradis, l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Pas contents, les trois ténors de la liste d’Union de la droite et du centre, liste de « Renaissance ». Franchement en colère même ! Philippe Vigier (UDI), Guillaume Peltier (LR) et Marc Fesneau (Modem) ne sont pourtant pas non plus de conception virginale, comme Marie, fêtée dans son Immaculée conception mardi 8 décembre. Dans la cité des gones, à la confluence du Rhône et Saône, on appelle ça la « fête des lumières ». Celle du trio candidat aux élections régionales (second tour dimanche prochain) ressemble plutôt à un gyrophare. Un gyrophare d’état d’urgence.

Le trio de droite, de gauche à droite, Marc Fesneau (Modem), Phlippe Vigier (UDI), Guillaume Peltier (LR)

Le trio de droite, de gauche à droite: Guillaume Peltier (LR), Phlippe Vigier (UDI),et Marc Fesneau (Modem)

Les raisons de la sainte colère des trois tontons flingueurs ? La dénonciation « des magouilles socialistes, le tripatouillage de l’appareil socialiste », clament-ils tous en chœur, dans ce bistrot des quais à Blois, mardi soir. Remontés ils sont, les trois chefs de file de la droite et du centre. « C’est un sujet très grave », tonne le mousquetaire Vigier, sabre au clair. « Le candidat PS (François Bonneau) qui fait moins d’un électeur sur quatre dimanche dernier, qui arrive troisième, entre en discussions avec les écologistes et les communistes. Les candidats sont à Tournez manège ! Puisque certains semblent perdus d’avance, qu’à cela ne tienne : on les change de département, pour sauver la face ! C’est tout ce que je dénonce dans la vie politique ! » s’emporte le député maire de Cloyes-sur-le-Loir, et président du groupe UDI à l’Assemblée nationale Philippe Vigier. « Croyez-vous que les électeurs vont être dupes ? » ajoute-t-il, entre deux gorgées d’un café crème à cinq heures et demie de l’après midi.

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier

Le Solognot Guillaume Peltier prend le ton gaullien : « Premièrement, les électeurs ont dit dimanche : on ne veut pas d’Hollande-Bonneau. Deuxièmement, cette colère des électeurs, nous on en parle depuis le début. Cette colère, on peut la comprendre. En votant Philippe Vigier on dit : stop à dix sept années de socialisme. Ce que nous faisons ce soir, c’est la grande dénonciation de la magouille socialiste.» Marc Fesneau, peu réputé pour ses colères homériques, s’y met aussi : « La seule réponse de François Bonneau à ce qui s’est passé dimanche, c’est un tripatouillage d’appareil. La colère des électeurs, c’est trop sérieux ! Quelle est cette façon de faire de la politique ? Ce qui compte pour eux, c’est le poste, pas l’ancrage territorial. Nous, c’est exactement le contraire. Je veux qu’on transforme cette colère en espoir, en énergie positive ».

Soit. A la fin de la messe, quand micros et caméras immortalisaient la sainte colère alors qu’une nuit d’encre est tombée sur Blois, est venu le temps de la question qui tue : comment allez vous faire pour aller chercher les voix nécessaires afin de battre à la fois la colère des électeurs (le vote FN) et les « magouilles socialistes » (le vote PS) ? Réponse évasive du maire de Neung-sur-Beuvron : « vous avez tout à fait raison, l’enjeu est là. Il ne faut plus plaisanter avec ça. » Oui mais comment ? En allant pousser un caddie dans les galeries marchandes à quinze jours de Noël pour rapatrier les électeurs vers les bureaux de vote, moins glamour que les rayons de jouets et de boîtes de chocolats ? « Quand on fait de la politique de proximité, telle qu’on la fait nous trois dans nos communes respectives, on voit que ça fonctionne. Philippe Vigier et Marc Fesneau font de très bon scores dans leurs communes respectives et moi aussi. » Selon Philippe Vigier, « 1.500 à 2.000 militants tractent pour appeler les électeurs qui hésiteraient à voter pour notre liste. »

On l’aura compris, tout le monde a donc « fait des bons scores » le dimanche de la saint Nicolas. Et le dimanche de la sainte Lucie ? Ce sera soit le paradis de la rue Saint-Pierre Lentin, soit l’enfer…

F.S

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Cette analyse de la situation par le petit bout de la lorgnette n a absolument rien de gaullien… mais on le savait déjà : il ne suffit pas de se hisser sur ses jambettes et de prendre un certain ton de voix.

  2. Bon, on ne peut pas leur donner tort quant aux changements de départements de quelques uns.
    Maintenant, si la loi le permet… Il fallait dénoncer la loi avant et pas après !

  3. Amusant ces références et allégories empruntées au domaine religieux à l’occasion d’élections de la République particulièrement propices pourtant à l’application des principes de laïcité: l’Immaculée conception, “la messe est dite”, “sainte” colère et d’autres propos comme “l’enfer est pavé de bonnes intentions”, “ce sera le purgatoire”.
    Notre ancien ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon parle aussi, dans un de ses ouvrages, de l’école “nouvelle église”, de ses maîtres, “nouveaux prêtres”.
    Et si, simplement, en ces temps si troublés on se contentait des seules vérités universelles et communes à tous les hommes comme “Aimez-vous les uns les autres” où encore “Paix sur terre aux hommes de bonne volonté”… propos tout à fait laïcs et neutres (neutre au sens de impartial)

  4. Tout le monde oublie de dire que le parti qui est en tête de ces élections régionales, c’est celui des abstentionnistes.

    Le FN-RBM a certainement fait le plein de ses sympathisants et d’un maximum de protestataires.

    Nombre d’électeurs ne croient plus dans la capacité des partis de gauche à apporter plus de justice sociale et à lutter contre le chômage de masse, voire même pour la simple sécurité des personnes et des biens. Une partie va même venir gonfler les rangs des abstentionnistes dimanche prochain.

    Reste l’agglomérat UMP-LR-UDI-MODEM. Une partie significative de leurs électeurs ne veulent pas d’un second mandat de Nicolas Sarkozy et se gardera bien d’apporter ce qui pourrait paraître comme un soutien à sa candidature.

    Le troisième tour de ces élections aura lieu dès lundi. Le gouvernement donnera-t-il sa démission ? Les Républicains vont-ils enfin vider leur sac ?

  5. Touches pas à mon contingent de socialistes en Touraine , alors je te refile un surplus vert , tu le poses là où tu voudras ; tiens dans le 45 ? Et un autre vert à bouger ? Bougez le aussi …
    Bon , la cuisine est terminée , retournons à nos occupations

  6. C’est rigolo : on dirait qu’ils pensent vraiment être une solution au Fn alors qu’avec 45 ans d’alternance PS-UMP, ils n’ont su endiguer la crise économique et son flot de souffrances pour les français et les étrangers présents sur son territoire. On ne voit pas les causes remplacer les conséquences. On ne peut espérer des politiques qu’ils soignent les maux qu’ils n’ont su jusque là empêcher de prospérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *