Prix “Noël” d’amour pour l’Orchestre d’Orléans

Orchestre orléans marius stieghorst A Orléans, mille spectateurs, totalement chahutés et réjouis par la prestation du Chœur symphonique du conservatoire d’Orléans dirigé par Elisabeth Renault saluent,  debout, lors des deux concerts donnés ce week-end  en Saint-Pierre-du-Martroi, le concert de Noël de l’Orchestre symphonique d’Orléans. Tous reprennent ent tapant dans leurs mains, le dernier  couplet de “Down by the riverside”, gospel en appelant à ce qu’il n’y ait plus de guerre (“I ain’t gona study war no more”).

– Magnifique et renversante

Magnifique et renversante soliste, Sharon Coste, soprano, lionne mutine,  malicieuse et souriante, donne entre autres, lors de ce “Swinging Noël”,  un émouvant Summertime  d’une moelle généreuse et subtile collant des frissons. Voici, avec elle,  une éblouissante comme intime et pudique invitation à la communion. On y succombe avec douceur. On s’y ravit avec stupéfaction pour la clameur  si follement affûtée. Larmes d’admiration montant aux yeux. 
D’une présence radieuse est aussi  Julien Clément, baryton, artiste donnant aux extraits de Porgy and Bess, de Gershwin,  un éclat d’une joyeuse comme impressionnant présence. Superbes sont aussi  les participations de Rémi Bernard, percussions, et de Jérôme Damien, ce  pianiste effervescent à la musicalité comme à l’endurance proprement étourdissante de rythme et de talent. Coup de chapeau encore à la jeune mezzo soprano Valentine Dubuis, d’une force et d’une troublante profondeur. Impossible, enfin,   de ne pas saluer le précieux engagement d’une formation de chambre de l’Orchestre d’Orléans qui, avec un raffinement de la plus belle eau, interprète Bach et, surtout , Telemann en ses merveilleux concertos pour trois hautbois . C’est en toute note merveilleux. Voici une élégance brassée de rondeur et de délicatesse bondissante. Un véritable cadeau. 

La signature Stieghorst 

Avec ces musiciens  de Marius Stieghorst (voir Magcentre), incontournable comme inspiré directeur artistique de l’Orchestre d’Orléans,  cette première partie de concert est l’une des belles et rares sèves de la veine confiante et joyeuse des temps précédant Noël.
Ce weekend, nul mélomane  ne sait ainsi bouder cette caresse d’apaisement et de consolation musicale. En ces temps fervents ou l’espoir et l’amour sont de mise,  voici, bel et bien partagé, un immense sourire à goût de confiance. Le “Sentimental Saraband“,  de Britten ,  est ici signé Marius Stieghorst. Un signe de la main dont il dirige avec bonheur l’Orchestre d’Orléans. Captivante formation. 
Jean-Dominique  Burtin.
 
oso-2015-2016

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail