Région: les oppositions parallèles

Guillaume Peltier avec Nicolas Forissier (LR). Photo JLB

Guillaume Peltier avec Nicolas Forissier (LR). Photo JLB

 
 
Philippe Vigier (UDI) ayant renoncé à siéger au conseil régional et Marc Fesneau (Modem) n’ayant pas été élu, Guillaume Peltier (LR), jeune loup de 39 ans, est le “survivant” de la troïka qui menait la liste d’union de la droite et du centre. Il conduira, à ce titre, l’opposition parallèlement à celle du Front national.
Ce côte à côte ne manque pas d’interpeller quand on sait la trajectoire politique de Guillaume Peltier qui, de 1996 à 2009, milita au Front national de la jeunesse, au MNJ de Bruno Mégret, puis dans les rangs du MPF de Philippe de Villiers. Autant de formations d’extrême droite ou de droite extrême avec l’une d’entre elles (MPF) Guillaume Peltier se présenta au suffrage universel à plusieurs reprises sans le moindre succès.
Son adhésion à l’UMP en juin 2009 ne lui avait pas réussi davantage aux élections cantonales de 2011 à Tours puis aux législatives de 2012 dans cette même ville.
Nommé secrétaire national de l’UMP, il crée en 2012 le mouvement “La droite forte”et, deux ans plus tard, emporte ses premières conquêtes électorales en Loir-et-Cher: maire de Neung-sur-Beuvron (1200 habitants) et président de la communauté de communes se la Sologne des Etangs.
 

 “Un vrai choix futur”

 
Une opposition naissante...

Une opposition naissante…

onvenons qu’en dépit de l’appartenance à Les Républicains (LR), le cheminement antérieur de Guillaume Peltier peut poser question quant à la situation qui lui est faite de conduire l’opposition de la droite et du centre parallèlement à celle du Front national;
L’intéressé coupe court à toute ambiguïté: “Je prolongerai dans l’hémicycle le message de notre liste d’union qui n’a rien en commun avec celui du FN, lequel nous combattons. Il s’agira d’incarner l’alternance dans un esprit constructif. La colère exprimée par les citoyens à l’occasion des élections régionales, oblige une attitude responsable. Laquelle exige l’affirmation des convictions et l’élégance des attitudes”.
A entendre Guillaume Peltier, la ligne de son groupe sera de travailler d’ores et déjà le terrain régional pour être en capacité de donner “un vrai choix futur aux électeurs”. Il conçoit l’opposition comme  se devant “ferme mais constructive”. Et souhaite que la mandature soit placée sous “le signe des échanges”. Mais il a repoussé la proposition du président François Bonneau (PS) de confier deux présidences de commissions au camp de la droite et du centre. Un refus que Guillaume Peltier justifie par “le clivage gauche-droite, sain pour la démocratie”.
L’explication peut apparaître un peu légère venant de la part d’un homme qui assure vouloir un fonctionnement renouvelé de la politique avec pour objectif “l’efficacité”. Philosophie qu’il projette de faire partager à Les Républicains, au sein desquels une promotion semble lui être promise. “Il faut tout reconstruire. Nous n’avons plus le droit de perdre”, lance Guillaume Peltier en guise d’avertissement.
G.B.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Pas sûr qu’il ne mette pas mal à l’aise certains de ses colistiers… et d’autres responsables de la “droite et du centre”, élus dans leurs départements respectifs.
    A quand une scission dans son groupe ?

  2. De toute façon les gros lourdingues de LR jeunes ou vieux ( Pelletier et Doligé par exemple) ont fait perdre leur liste quand ils n’ont pas voté FN !!!…Facile pour Pelletier dans 6 ans de détrôner le roi François, qui sera dans un contexte post présidentiel où l’autre François…le Hollande aura été réélu, de surfer localement non pas sur la Renaissance, mais sur le Flamboyant, à moins qu’un destin national l’appelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *