Deux SDF d’Orléans assignés à résidence

goracentre

 

 

Dans le Loiret les forces de l’ordre mettent les bouchées doubles. Dans le cadre de l’état d’urgence, les perquisitions administratives et les assignations à résidence se multiplient à un rythme soutenu. Aucun quartier n’échappe à ces procédures administratives.

sdfAinsi samedi dernier, deux SDF ont-ils été assignés à domicile, après une intervention des policiers rue de la République. “La perquisition a été très rapide” raconte Gérard, un SDF qui a ses habitudes sur le trottoir côté numéros impairs où il fait la manche accompagné de son chien Médor, un labrador doux et inoffensif. Pour une fois, les forces de l’ordre n’ont pas eu à enfoncer la porte, ni à défoncer des armoires qui auraient pu receler des armes. “Ils ont juste bougé un carton qui me sert d’abri” poursuite Victor, lui aussi perquisitionné le même jour à quelques minutes d’intervalle. Sur quels indices les policiers ont-ils été dirigés vers ces deux SDF? Il semblerait, d’après des sources proches de l’enquête, que les deux hommes ont été vus régulièrement, plusieurs dimanches midi en train de faire la quête près de plusieurs églises de l’agglomération, des sites sensibles, sous haute surveillance.

Plusieurs député socialistes frondeurs de la région, les mêmes qui ont très vite réagi contre la déchéance de nationalité, comme Yann Gallut, Jean-Patrick Gille et Laurent Baumel (Indre-et-Loire) ont vigoureusement protesté en ces termes: “cette assignation à domicile de Sans domicile fixe est anticonstitutionnelle”.

Le Goracentre

 

 

goracente parodie parodique

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. On vous a connu en meilleure fome la Goracentre. Une petite gueule de bois d’après réveillon avec le Secours populaire ?

  2. Un article qui choque, qui remue : comment peut-on rire de tout cet amalgame de problèmes aussi important ?

    Bah c’est simple en se disant que provoquer le rire est aussi un moyen de provoquer la réflexion.

    C’est ici du second degré, jeu de mots sur SDF, moquerie de la promptitude à la réaction des politiques de tout bord, absurdité du droit d’exception appliqué implacablement (un peu ce que nous vivons en ce moment).

    Cet article m’a choqué, m’a fait sourire, m’a remué dans mes valeurs, m’a (allez soyons fou) violenté : c’est donc un bon jeu d’humour. On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui, fallait oser le rendre public. C’est donc un bon article, selon ma conception, évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *