Nacer Meddah, le nouveau préfet: un pur produit de l’ascenseur républicain

Le Centre-Val de Loire n’a pas changé de frontières. Ni de président. Mais elle a un nouveau préfet et qui décoiffe. A tous les sens du terme. Si l’on fait abstraction de sa calvitie. Contrairement à la plupart de ses prédécesseurs rue de Bourgogne à l’hôtel de la préfecture, Nacer Meddah, 56 ans, n’a pas fait l’Ena.

Meddah

Nacer Meddah, nouveau préfet de région

Né d’un père ouvrier originaire de la Petite Kabylie, assassiné durant la guerre d’Algérie dans l’hexagone et d’une femme de ménage, il s’affiche sans faire dit-il de “misérabilisme, ce n’est pas cosette”, comme un pur produit de l’ascenseur républicain.  “Je suis né dans un baraquement adossé à un talus, derrière l’usine d’engrais chimique“, où travaillait son père qu’il n’a pas connu. C’était près d’Arras dans le Pas-de-Calais.  “Mère courage” a élevé seule les quatre enfants, dit-il aujourd’hui de sa maman à qui il téléphone souvent, “mais pas assez”, avoue t-il. Nacer Meddah a un frère ingénieur et une sœur principale de collège. Aujourd’hui préfet de région, lui le pupille de la nation, se souvient ému que “c’était les préfets qui remettaient les prix aux pupilles de la nation”.

Auparavant préfet à Metz, il sera dans l’histoire le dernier préfet de Lorraine dont il a fermé définitivement la porte puisque la région fusionnée maintenant avec Champagne-Ardenne et Alsace, la capitale est maintenant à Strasbourg.

Grand Calme

MeddahPour ce bosseur et ce surdoué, tout avait commencé par une licence d’histoire, puis des études à Langues O’ où il a fait un peu d’Arabe avant de trouver sa voie dans l’administration. D’abord au ministère de la Défense puis il bifurque pour l’économie. Il adorera son passage au Trésor. Car même s’il y côtoie les crânes d’œufs X-Pont, X-Mines et X tout court, “c’est avant tout l’administration qui compte”. Après un passage aux côté d’Elisabeth Guigou aux affaires européennes dans les années 90 où son goût pour les langues fait merveille, ce “grand calme” comme il se définit, intègre la Cour des comptes qui… comptera beaucoup pour lui. Il faut dire que Philippe Seguin en préside la destinée (2002-2004) et il en devient secrétaire général adjoint.

Comme quelques confrères, il saute le pas pour la préfectorale, dans l’Aube, puis en 2008, il est nommé à un poste sensible auprès de Bernard Bajolet, coordinateur des services de renseignements à l’Elysée. Celui-ci est aujourd’hui patron de la DGSE. Un autre poste délicat et exposé suivra pour ce préfet baptisé à l’époque “de la diversité”, la Seine-et-Saint-Denis (2008). “Comment aurais-je pu refuser d’aller sur cette terre de mission” où l’on est réveillé un jour sur deux pour se rendre sur le lieu d’une mort violente? A l’époque il avait été classé comme “préfet musulman” par des associations confessionnelles. Il le répète aujourd’hui “je ne suis pas musulman”, tout en plaisantant parfois sur ses origines et sa carrière “nomade”.  Au contraire c’est un “laïcard”, ” je suis empreint de laïcité“, marié à une juge administratif, qui s’installe aux commandes de l’Etat en région Centre. Nommé en Franche-Comté en 2010, il n’y restera que sept mois, limogé comme 25 autres préfets par un décret de Nicolas Sarkozy.

Donnant d’emblée son 06

MeddahC’est alors la parenthèse politique, Nacer Meddah -faut-il y voir une relation de cause à effet?- s’engage dans la campagne de François Hollande comme secrétaire général. Une cheville ouvrière en somme qui n’a pas trop mal réussi, à en voir le résultat. Pourquoi ce grand communicant, disert, qui sidère les journalistes en leur donnant d’emblée son “06”, n’a-t-il pas franchi le pas d’une carrière politique?

“Je veux rendre à l’Etat ce qu’il ma donné, ce qui compte, c’est de faire du bien public” dit-il mais “plus tard” , il ne l’exclue pas. En Lorraine d’où il vient, il a porté des dossiers très lourds comme la fermeture de Florange puis le plan de relance économique avec 300 millions d’euros à la clé.

Homme de terrain affirmé, il promet de voir tout le monde. Les élus bien sûr, lundi il a déjeuné avec Olivier Carré, le maire d’Orléans, mardi il rencontre François Bonneau le président de région puis Hugues Saury, le patron du département. “Tout le monde”, ce sont aussi tous les services de l’Etat à Orléans et dans les six départements. Mais aussi les patrons, les syndicats…

Réunir chaque mois  préfets et services de l’Etat

Meddah

Le nouveau préfet a rencontré les journalistes régionaux.

Sera-t-il vraiment un préfet de région contrairement à ses prédécesseurs qui n’en n’avaient que le titre mais étaient surtout des préfets du Loiret? Il a promis devant la presse rencontrée lundi en préfecture, de réunir chaque mois les préfets et les grands services de l’Etat, Agence régionale de santé, rectorat, en décentralisant les réunions dans les départements. Approche régionale personnelle ou volonté de la place Beauveau de régionaliser avec les nouveaux découpages?

Préfet de la plus petite région qu’est devenue le Centre-Val de Loire, peu lui importe, “ce qui compte c’est ce qu’on y fait”. Et justement, à l’heure des réformes de compétence pour la région, les intercommunalités, Nacer Meddah prévient que les préfectures elles aussi vont se transformer, le SGAR (Service régional de l’Etat) revient, la polyvalence se généralise chez les agents.

Il ne s’en cache pas, mais ne focalise pas dessus, l’un des dossiers sensibles qu’il aura à gérer, c’est l’état d’urgence. Un risque plus prégnant en Centre-Val de Loire si proche de Paris? “Le terrorisme est en mobilité permanente, il faut avoir partout la même vigilance” lance t-il. Pourtant, il promet la transparence sur ce dossier comme sur d’autres. Parfois lorsque le service de l’Etat lui en laisse le loisir, cet amateur de rock, folk pop et de lecture rayon SF et polards, s’adonne à sa passion, les échecs contre l’ordinateur.

Dès lors, Nacer Meddah, en fin tacticien, n’ignore pas qu’il va être classé comme pièce maîtresse de François Hollande sur l’échiquier du Centre-Val de Loire.

Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail