Ce qu’a proposé François Bonneau au Premier ministre à Matignon

Manuel Valls continue de recevoir les patrons des régions, les nouveaux, et les “anciens” comme François Bonneau. Le président de la région Centre-Val de Loire s’est entretenu une heure durant avec le Premier ministre mardi matin.

Manuels Valls et François Bonneau se sont rencontrés mardi àl Paris.

Manuels Valls et François Bonneau se sont rencontrés mardi à Paris. Ici lors de la signature du contrat de plan Etat-région à Orléans (archives).

Après que François Hollande a proclamé l’Etat d’urgence contre le chômage, Manuel Valls cherche logiquement des points d’appui sur le nouvel échiquier régional né des élections de décembre 2015. Avec Xavier Bertrand (LR), élu grâce aux voix de gauche contre Marine le Pen en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Manuel Valls a trouvé un candidat à une expérimentation, la régionalisation de Pôle Emploi. François Bonneau apprécie, “l’expérimentation dans plusieurs régions c’est une bonne manière de faire, on voit ce qui marche et qui peut être adopté ensuite par tout le monde ensuite”.

Et lui, François Bonneau, regardé d’un autre œil à Paris depuis sa victoire inespéré de décembre, que propose t-il pour accompagner les réformes de François Hollande? Le Centre-Val de Loire est-il transformé en “supplétif” du Président pour abonder ses mesures? “Surtout pas des supplétifs sur le plan de l’emploi. Il s’agit d’actions partenariales entre toutes les instances publiques qui oeuvrent pour faciliter le retour à l’emploi”, lance le président de région. “L’Etat vient de prendre une décision forte en mettant un milliard sur la formation, signe fort de sa volonté. La formation des demandeurs d’emploi c’est de la compétence des régions, donc j’ai, ce matin, abordé la manière de faire pour que ce milliard se retrouve le plus vite possible dans des actions de formation, telles que les demandeurs d’emplois et les entreprises les attendent”.

Un vrai pilote pour la formation

IMG_6430Et de mettre en avant les paramètres de proximité et d’expérience: “Les régions ont dans le domaine de la formation professionnelle une expérience un acquis important, dans la mesure où les actions correspondent aux besoins des territoires, des entreprises, dans la réactivité et la proximité.”.

François Bonneau qui était accompagné à Matignon de son vice-président Marc Gricourt et du directeur général des services du conseil régional, Jean-Daniel Heckmann, a proposé à pole emploiManuel Valls que le conseil régional du Centre-Val de Loire pilote, fédère toutes les actions de formation pour les chômeurs en difficulté. “Ce que je propose c’est que nous soyons une région expérimentatrice, qui piloterait l’achat de formations ce que nous faisons déjà, et qui aurait aussi un rôle de pilotage d’animation envers tous les prescripteurs, les conseillers des missions locales, de Pôle emploi, les formateurs de l’AFPA… qui sont au contact des demandeurs d’emploi, qui les conseillent pour des formations et l’accès à l’emploi”. Aujourd’hui, ce sont environ 10 000 chômeurs qui sont en formation (sur 130 000 en catégorie A) dans les six départements. François Bonneau a proposé de doubler ce chiffre de demandeurs d’emploi en case formation.

Le fonds réactif devrait faire école

Comme souvent en France, pas facile d’identifier qui fait quoi, surtout en matière de formation où ce sont d’ailleurs les cadres salariés qui bénéficient le plus de formation au détriment des demandeurs d’emplois.  La région réussira t-elle à simplifier ce qui tient encore de l’usine à gaz? Il faut “qu’il y ait moins d’effet de tuyaux d’orgue et plus de synergie entre l’ensemble des responsables qui font œuvre de conseil. A l’échelle des territoires on n’a pas besoin que des structures se côtoient, mais que des compétences puissent s’associer, se mettent en complémentarité efficace et réactive. Si c’est piloté par la région, nous gagnerons en efficacité” dit le Président qui espère bien que son fonds réactif emploi-formation, installé en 2013 avec quatre millions à la clé la première année, puis 8 millions en 2015, fasse école.

Ch.B

Bonneau, représentant des régions socialistes,
Président délégué de l’ARF

Dans la nouvelle ARF (Association des régions de France), le président de la nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (ACAL), Philippe Richert (LR) devrait devenir président. Il succéderait à Alain Rousset (PS-Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente). La droite dirige en effet huit régions contre sept à la gauche (avec les ultra-marines), le rapport de force est inversé mais l’écart si faible et les nouveaux rapports de force tels, que l’association sera “co-présidé” par la gauche. Et c’est François Bonneau le président PS du Centre-Val de Loire qui sera sollicité pour ce poste. L’élection aura lieu le 26 janvier et Philippe Richert a déclaré haut et fort qu’elle pourrait devenir le “conseil des régions de France” et travailler avec l’Etat, surtout sur ces sujets du chômage et de la formation.

Afficher les commentaires