Volvo XC90, luxueux et sécuritaire

« Plus aucun mort ou blessé grave dans une nouvelle Volvo à l’horizon 2020 » Tel est le leitmotiv du constructeur suédois qui a bâti sa réputation sur la sécurité. Le XC90, vaisseau amiral du constructeur suédois bourré de technologie sécuritaire est l’illustration de cette politique.

Une face avant avec des phares en forme de T renversé

Une face avant avec des phares en forme de T renversé

Question sécurité automobile, les Suédois ont toujours été en pointe. N’est-ce pas un ingénieur de Volvo qui en 1959 inventa la ceinture de sécurité à trois points avec sangle abdominale et diagonale ? Avec le XC90, on rentre dans le lourd au propre comme au figuré. Et cet imposant SUV de 4,95 m de long et de plus de 2 tonnes concentre toute une technologie mise au service de la sécurité. Il n’a rien de commun avec les précédentes versions dont la première fut mise sur le marché en 2002. Le rachat de la marque par le chinois Geely en 2010 a permis de concevoir un XC90 entièrement nouveau : soubassements, plateforme SPA (Scalable Product Architecture) qui servira aux futures gammes de 60 à 90 et l’ensemble de la carrosserie. Les moteurs 5 cylindres ont été abandonnés au profit d’une motorisation unique, des 4 cylindres de 2 litres.

Feux arrière au design commun aux autres véhicules de la marque

Feux arrière au design commun aux autres véhicules de la marque

Néanmoins ces changements n’ont pas altérés l’esprit Volvo qui demeure avec la grande calandre barrée du logo flanquée de phares dotés de Leds en forme de T, et la signature des feux arrière que l’on retrouve sur tous les véhicules de la marque. Les proportions sont respectées, avec un look qui n’est pas sans rappeler le Q7 d’Audi. Il est vrai que l’on chasse sur les mêmes terres.

Bourré de technologies

On n’est pas encore dans la voiture autonome, mais on s’en rapproche.

Assistance embouteillage permettant une conduite autonome

Assistance embouteillage permettant une conduite autonome

Le XC90 est doté d’une assistance embouteillage qui permet une conduite autonome. A vitesse réduite – moins de 50 km/h), sans les mains et sans les pieds ! Explication : tout en laissant au conducteur la possibilité de reprendre la main, la voiture suit le véhicule précédent et calque son comportement sur lui. Elle accélère, freine, tourne les roues sans aucune intervention sur le volant et les pédales. Génial, non ! 

On peut contrôler toutes les manoeuvres sur l'écran 9''

On peut contrôler toutes les manoeuvres sur l’écran 9”

Le conducteur dispose également du système City Safety (voir video) qui détecte les véhicules, les cyclistes et les piétons. En cas de risque de collision, la voiture freine automatiquement si le conducteur ne réagit pas. Autre aide à la conduite : l’alerte de franchissement de ligne. En cas de déviation de trajectoire, la voiture se repositionne toute seule sur sa file.  A noter également la présence du Surround view. Sur l’écran central de 9 pouces, grâce à une batterie de caméras situées tout autour de la voiture, le système offre une vision aérienne à 360 °. Autrement dit, pour manœuvrer, se parquer, reculer, pas besoin du rétroviseur. Il suffit de consulter l’écran de contrôle. Et cela dans le cas où l’on ne souhaite pas utiliser le système du Park Assist qui gare la voiture toute seule. Et si malgré toutes ses aides vous avez des problèmes, il suffit d’appeler le service d’assistance Volvo On Call disponible 24h sur 24 h.

Luxe, calme et volupté

Monter dans un XC90 n’est pas une figure de style avec une garde au sol de 24 cm. Première impression : des matériaux précieux, cuir et bois, des plastiques moussés rehaussés de métal brossé, des finitions exemplaires, une position de conduite facile à trouver.

un intérieur luxueux

Un intérieur luxueux

Avec les nombreux réglages à disposition pour l’assise (longueur, hauteur) et le dossier (inclinaison, largeur, courbure) sans oublier la fonction massage, tous les gabarits trouveront leur bonheur. Pour l’ensemble de la gamme, sept sièges sont disponibles (cinq également pour les D4 et D5) avec en rangée deux un siège milieu étroit plutôt pour enfant, conçu avec un rehausseur (option) et en rangée trois, deux sièges confortables pour deux adultes, ce qui est rare.

Selon la configuration, la dimension du coffre varie de 314 litres à 1 886 litres, tous dossiers rabattus. Cerise sur le gâteau : vous avez les bras chargés de paquets ! Il suffit de passer le pied sous le parechoc arrière pour déclencher l’ouverture du hayon. Côté tableau de bord, l’ensemble est très épuré. Pas de boutons de réglage, tout se fait par l’intermédiaire du système dit Sensus matérialisé par la tablette centrale verticale tactile facile d’utilisation. A noter que toutes les fonctions sont également accessibles par commande vocale. Multiples applications dédiées à la conduite, au confort de vie à bord, téléphone, navigation, borne Wifi. Et le summum : un système audio à couper le souffle : le Premium Sound by Bowers and Wilkins. 1 400 watts ! Rien que pour le tester, il faut se rendre chez un concessionnaire ! Avec ses dix neuf haut-parleurs on se croirait dans une salle de concert. Il suffit de mettre la clé USB de votre opéra favori pour voir apparaître les musiciens sur l’écran et se laisser envahir par la musique.

Motorisations et confort de conduite

Le XC90 a troqué ses 5 cylindres et autres 6 et 8 cylindres pour un 4 cylindres de 2 litres plus sobre. Il est disponible en Diesel 190 ch. et 225 ch. (D4 et D5 AWD), essence 320 ch. (T6) et hybride rechargeable de 407 ch. – 320 ch. plus 87 ch.- (T8 Twin Engine) permettant de parcourir 47 km en pure électricité. Tous ces moteurs qui équipent les cinq versions (Kinetic, Momentum, R-Design, Inscription, Inscription-luxe) sont – du terme franglais – « downsizés », autrement dit réduits de taille pour une moindre consommation et une diminution de rejets.

Le XC90 est assemblé à l'usine de Torslanda

Le XC90 est assemblé à l’usine de Torslanda

Les Diesels sont dotés d’une nouvelle technologie qui surveille et adapte l’injection de carburant sur chacun des cylindres – au lieu du simple capteur sur la rampe –  ce qui permet de diminuer le consommation. Comme tous les moteurs de la gamme, le D5 de 225 ch. qui devrait être le plus vendu en France, reçoit une boîte automatique séquentielle à huit rapports. Sa consommation réelle tourne autour de 8 litres.  La suspension pneumatique et le système d’amortissement piloté permettent de bien contrôler la caisse et grâce à la molette située sur la console centrale, on peut choisir son style de conduite (Eco, Confort, Off Road, Dynamic). Ainsi en Off Road, la garde au sol est relevée, en Dynamic, l’assistance de direction et l’amortissement sont modifiés, donnant plus d’agilité à ce gros SUV qui sait faire oublier son poids. Bon ! On imagine bien que toute cette technologie a un coût et avec des options à n’en plus finir, on arrive à des niveaux redoutables et redoutés. Mais tout l’intérêt du XC90 tient justement dans ses propositions. On est dans la voiture passion raisonnée avec la sécurité de l’homme pour objectif.

André Degon.

– Volvo XC90 : de  50 050 euros (D4 190 ch. 2 roues motrices*, 5 places, Kinetic) à 90 840 euros (T8 Twin Engin, 407 ch. 7 places, Inscription luxe). Le D5 AWD, 225 ch. 5 places, en version Kinetic est à 53 850 euros.

* Seule la version D4 est à deux roues motrices.

Crash test Euro NCAP

Test à 80 km/h sur bas-côté

 

Afficher les commentaires