Le japonais Takuya Otaki, lauréat du douzième concours international de piano d’Orléans

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Marianna Abrahamyan

Marianna Abrahamyan

Quel fantastique moment musical que cette finale du concours international de piano d’Orléans, ce dimanche ! Trois candidats parmi les plus brillants jeunes pianistes du monde reprennent trois morceaux parmi les plus complexes du répertoire contemporain, avec cette année une création, “Le Carillon d’Orléans”, composé par Philippe Hersant (voir Magcentre), lui-même primé par les Victoires de la Musique 2016, et chacun des candidats de nous proposer, au delà d’une maitrise absolue du piano, sa version, sa sensibilité personnelle des trois œuvres choisies et/ou imposées.

Et soudain la musique la plus élaborée, ces compositions pour piano de Manuel de Falla, de Prokofiev, d’Anton Webern et de Philippe Hersant, dans leurs interprétations successives nous font sentir toute leur subtilité, toute la variation intense que peut introduire l’interprète au clavier, que ce soit dans son dialogue avec l’orchestre (l’ensemble Court Circuit) ou dans la puissance  de son travail de soliste.

Alors, tout néophyte que l’on soit, on se croit un peu jury, on essaie de comprendre l’inspiration de chaque candidat dans son interprétation de ces œuvres sophistiquées, entre une virtuosité sans faille qui nous impressionne et une sensibilité qui fait de la musique une véritable émotion. Qu’est-ce qui me touche le plus, entre les sonorités hispaniques enfiévrées de Manuel de Falla et les froides images mentales de Prokofiev, le musicien du cinéma d’Eisenstein ? Entre la puissance évocatrice du japonais Takuya Otaki, la subtilité de jeu du français Philippe Hattat, ou la sensibilité à fleur de peau de l’arménienne Marianna Abrahamyan ?  J’avoue, mélomane amateur, avoir eu une préférence pour cette dernière interprétation, mais le jury en décida autrement…

Takuya Otaki.

Takuya Otaki.

Et le jury du 12e concours international de piano d’Orléans, présidé par Jean-François Heisser, a couronné ce dimanche soir le Japonais Takuya Otaki: le jeune pianiste, étudiant à la Musikhochschule de Stuttgart, obtient le grand prix Blanche Selva, ainsi que les prix Maurice Ohana et  Olivier Greif. Le jury a également récompensé les deux autres pianistes parvenus en finale.

Marianna Abrahamyan a  reçu le prix de la Sacem pour son interprétation du “Carillon d’Orléans”, et les prix Albert Roussel, Samson François et le prix des étudiants du conservatoire.

Le troisième candidat, le jeune Français Philippe Hattat, a quant à lui obtenu les prix Alberto Ginastera et Ricardo Vines ainsi que le prix de composition André Chevillion-Yvonne Bonnaud. 

 

Ajoutons que cette magnifique finale offre à la ville d’Orléans une création musicale exceptionnelle avec ce “Carillon d’Orléans” écrit par le compositeur Philippe Hersant, interprété pour la première fois par les trois candidats, sorte d’hymne contemporain à la ville, occasion de remercier une nouvelle fois la créatrice du Concours International de Piano d’Orléans, Madame Françoise Thinat, avec cet hommage chaleureux rendu sur scène, par le maire de la ville Olivier Carré en compagnie de Jean Pierre Sueur, le maire qui soutint la création du premier concours…
et de la musique naquit l’harmonie !

Gérard Poitou

Hommage à Françoise Thinat des deux maires d'Orléans,  l'ancien et le nouveau.

Hommage à Françoise Thinat des deux maires d’Orléans, l’ancien et le nouveau.

Concert des Lauréats au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris
(37 bis boulevard de la Chapelle 75010 Paris)

Lundi 14 mars 2016 20 h 30

http://www.oci-piano.com/

 

LES PALMARES  COMPLETS 2016

À l’issue de la présentation-signature du livre de Jean-Jouis Tallon autour du compositeur Philippe Hersant, le jury a dévoilé le palmarès de cette édition :
 
PRIX – Mention Spéciale BLANCHE SELVA – 10 000 € : Takuya OTAKI

PRIX de composition André CHEVILLION – Yvonne BONNAUD – 5 000 € : Matthias KRUGER (interprété par Claudia CHAN) et Philippe HATTAT

PRIX d’interprétation André CHEVILLION – Yvonne BONNAUD – 5 000 € Tae KIM et Julien BLANC

PRIX – SACEM – 4 600 € : Marianna ABRAHAMYAN

PRIX – Mention Spéciale André BOUCOURECHLIEV – 3 500 € Vitaliy KYANYTSIA

PRIX – Mention Spéciale Claude HELFFER – 3 000 € : Claudia CHAN

PRIX – Mention Spéciale Alberto GINASTERA – 2 500 € : Philippe HATTAT

PRIX – Mention Spéciale Olivier GREIF –
2 500 €
: Takuya OTAKI

PRIX – Mention Spéciale André JOLIVET –
2 500 €
: Lorenzo SOULES

PRIX – Mention Spéciale Maurice OHANA –
2 500 € :
Takuya OTAKI

PRIX – Mention Spéciale Ricardo VIÑES –
2 500 € :
Philippe HATTAT

PRIX – Mention Spéciale Edison DENISOV –
2 000 €
: Tae KIM

PRIX – Mention Spéciale SAMSON FRANÇOIS – 2 000 € Marianna ABRAHAMYAN

PRIX des étudiants du Conservatoire d’Orléans – 1500 € : Marianna ABRAHAMYAN

PRIX – Mention Spéciale Albert ROUSSEL – 
1 000 € :
Marianna ABRAHAMYAN

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Ah! oui, Marianna méritait amplement le 1er prix, sa sensibilité à fleur de touches a fait résonner le carillon directement dans nos coeurs. Pas ceux du jury, qui a préféré la maîtrise technique – incontestable- du pays du soleil levant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail