Guy Vasseur : « le Salon de l’Agriculture 2016 fut spécial »

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

 

Pour le Solognot Guy Vasseur, c’est peut-être le dernier Salon  de l’Agriculture en tant que président de l’Assemblé permanente des Chambres d’Agriculture. Bien que son mandat courre jusqu’en 2019, dans sa tête, il a déjà un pied dehors ce qui ne l’empêche pas de porter un œil lucide et engagé sur les difficultés du monde agricole.

IMG_6315

Mag’Centre : On dit que vous raccrochez, est-ce exact ?

Guy Vasseur :En ce qui concerne  la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher à  la tête de laquelle j’ai  été 21 ans j’ai déjà passé la main lors de la dernière assemblée générale le 24 février. Je n’abandonne pas parce que je suis malade, ce n’est pas le cas. Depuis 2010  j’ai beaucoup délégué à mes collègues, en particulier à mon premier vice-président et président délégué , Philippe Noyau . Il était prêt et il était donc normal qui prenne la relève. Contrairement à une habitude courante chez les politiques, nous ne tuons pas nos dauphins. On m’a demandé du moins pour quelques semaines, quelques mois,  de rester vice-président avec pour mandat de faire aboutir les négociations salariales en cours. J’ai accepté.

Il n’est pas sur, pour les mêmes raisons, que je sois encore à la tête de l’APCA lors du Salon de 2017. Mon mandat de président court jusqu’en 2019 mais…. Enfin on verra…

IMG_6318

Mag’Centre : Et l’édition 2016 du salon de l’Agriculture comment l’avez-vous trouvée ?

Guy Vasseur: Ce fut un salon très spécial sur fond de crise économique, sanitaire et politique. Dès 2015 nous avons prévenu le gouvernement qu’on avait supprimé les quotas dans des conditions incompréhensibles, illisibles et ingérables. Nous avons alerté le ministre de l’Agriculture. Il y a, certes, des problèmes franco-français mais il faut surtout qu’au niveau européen la France reprenne la main et noue des alliances avec l’Allemagne mais pas avec elle seule, avec d’autres pays aussi qui sont demandeurs. A 28 ce n’est pas facile mais il faut y arriver.

 

Mag’Centre : L’année blanche promise par Manuel Valls va-t-elle aider les éleveurs  ?

Guy Vasseur : Cette mesure devrait donner quelques marges sur 2016 et si l’Europe intervient et que les prix se redressent, cela devrait  engendrer un mieux, mais si ce n’est pas le cas ce ne sera que du temps gagné pour  tomber plus bas.

 

Mag’Centre :  Vous mettez largement en cause la grande distribution….

Guy Vasseur : Son comportement est irresponsable. La loi de modernisation de l’économie votée en 2008 sous le gouvernement Sarkozy, loi dite LME (Leclerc Michel- Edouard) doit être modifiée. Le président de la République l’a promis. Il faut que les grands distributeurs fassent preuve d’un peu plus de civisme. En tirant sur les prix comme ils le font ils ne rendent pas service aux consommateurs, ils détruisent l’emploi et s’en prennent à la vie.

IMG_6319

Mag’Centre : Vous comprenez l’accueil réservé au président de la République ?

Guy Vasseur: La mauvaise humeur, l’angoisse se sont exprimées et cela vaut mieux. Ce n’est pas la première fois qu’un président de la République est sifflé, pas qu’au Salon de l’Agriculture et cela arrivera encore. Il y avait trop de sécurité autour de lui. Il n’était pas nécessaire qu’il y en ait autant. L’événement a été grossi.

 

Mag’Centre : Malgré ces événements et son état actuel comment voyez-vous l’avenir de l’agriculture française ?

Guy Vasseur : Ce salon a montré une agriculture moderne à un niveau jamais atteint jusqu’ici. Le monde agricole veut se projeter dans l’avenir bien qu’il vive un amoncellement de difficultés. D’où cette demande pressente à l’Europe afin qu’elle assure une protection suffisante au développement de cette modernité. Des jeunes ont envie de s’installer, soit de reprendre le flambeau des générations précédentes, soit par passion. C’est encourageant et rassurant.

Recueilli par Françoise Cariès

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Aucune remise en cause ou début d’auto-critique sur les modes de production et de distribution qui font le malheur de l’agriculture française !

  2. Ce n est pas le salon qui a été spécial, c est le comportement du milieu agricole : goujaterie d une part et accueil à bras ouverts du front national d autre part.

  3. Gonflé ce monsieur , si le President de la Republique a été agressé sur le salon c’est la faute de son service d’ordre !
    1) les paysans devraient s’interroger sur leur modèle de développement.
    2) ils devraient mieux choisir leurs amis politiques, qu’ils se méfient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail