La présidente de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud candidate à la présidentielle

Le Congrès annuel de Lutte ouvrière qui se tient ce weekend à Paris doit entériner la candidature de Nathalie Arthaud à la présidentielle de 2017, afin de “montrer qu’il existe une opposition ouvrière à ces partis qui monopolisent la vie politique”. Les membres de Lutte ouvrière, réunis samedi et dimanche à la Mutualité à Paris, se prononceront sur plusieurs textes (situation économique, internationale, etc)

Nathalie Arthaud

Nathalie Arthaud

Ce sera la deuxième candidature de Nathalie Arthaud.  Lutte ouvrière, qui revendique environ 8.000 adhérents, prône “une politique qui représente uniquement les intérêts des travailleurs et des chômeurs. On ne prétend pas représenter l’intérêt général, il n’existe pas”, a dit la porte-parole du parti, jugeant impossible de “faire une politique qui soit à la fois favorable aux travailleurs et favorable au patronat”.

Forte de résultats qu’elle juge “satisfaisants” aux régionales (1,5% nationalement soit 350.000 électeurs environ) alors que “la situation politique va dans le sens contraire avec la droitisation de tout le paysage politique”, LO  estime qu’elle parvient à se “conforter”.

Nous sommes un courant minoritaire mais il résiste bien”

Lors de sa première candidature en 2012, Mme Arthaud avait recueilli 0,56% des suffrages. Dans l’immédiat, elle est créditée d’environ 1% des voix dans les différents sondages. Les scores de LO ont pâti depuis 2002 (Arlette Laguiller avait alors engrangé 5,7% des votes) de la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle entrainant le du principe du “vote utile” au premier tour.

“Nous sommes un courant minoritaire mais il résiste bien”, résume Nathalie Arthaud, qui assure que Lutte ouvrière présentera également des candidats dans toutes les circonscriptions aux législatives. Elle explique que de nombreux jeunes rejoignent le mouvement car “le temps passe et ils ont le sentiment que le capitalisme est une organisation économique folle, insensée, une fuite en avant qui aboutit au délire de la spéculation”. “Ceux qui gouvernent cette société dominée par la puissance de l’argent sont condamnés à subir les pressions du grand capital”, ajoute-t-elle, estimant que “le problème fondamental est le recul de la conscience de classe”.

F.C. avec l’AFP

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Vouloir la révolution et “concourir” dans le cadre du Système, n’est-ce pas paradoxal et même contradictoire ?

    • @DB :
      “Vouloir la révolution et « concourir » dans le cadre du Système, n’est-ce pas paradoxal et même contradictoire ?”

      Ca pourrait l’être si c’était dans un but électoraliste, si on attendait quelque chose de ces élections
      Mais ce n’est pas le cas et la démarche est uniquement de se servir de ces élections comme une tribune (la seule à grande échelle) pour faire passer des idées, un message.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail