La Culture, un poids lourd de l’économie régionale

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

insee logoL’INSEE vient de publier une étude très complète, intitulée “Les activités culturelles en Centre-Val de Loire : un potentiel d’emploi”, qui rappelle le poids économique de la culture en région, un secteur d’activité dont on ne mesure pas toujours très bien l’impact économique, particulièrement en cette période de restrictions budgétaires des collectivités, restrictions qui risquent de peser lourd, non seulement sur l’accès à la culture mais aussi, on l’oublie souvent en terme d’emplois “non délocalisables”.

La culture, vecteur de développement économique

“En Centre-Val de Loire, comme à l’échelle nationale, la culture* est un secteur économique à part entière. Si elle permet de renforcer l’identité régionale et la visibilité du territoire, elle s’intègre aussi dans les politiques de développement économique et d’aménagement du territoire. Elle se compose d’activités très diversifiées, tel le patrimoine, la presse ou le spectacle vivant, et de professions variées : professeurs de musique, photographes…”

Premier constat:

“Avec plus de 16 000 actifs, le poids de la culture dans l’emploi de la région est de 1,6 %, autant que les industries chimique, cosmétique et pharmaceutique réunies.”

Jack Lang en son temps, avait créé la polémique en créant le concepte d’“industries culturelles”, mais l’étude que vient de publier l’INSEE rappelle une nouvelle fois que le poids de l’activité culturelle dans nos économies développées est essentiel, même si la structuration de cette production de services est très loin de ressembler à une industrie particulièrement en régions.

Un emploi en progression…

“Alors que l’emploi régional diminue entre 2007 et 2012, celui de la culture augmente, mais de façon plus limitée qu’en France de province (3,1 % contre 4,8 %). Comme ailleurs, en Centre-Val de Loire, les emplois culturels se trouvent principalement dans les territoires urbains. À elles seules, les aires urbaines de Tours (28 %) et d’Orléans (19 %) totalisent près de la moitié des emplois culturels de la région”

…mais très précarisé

“La part des non-salariés dans l’emploi culturel a augmenté de trois points en cinq ans pour atteindre trois emplois sur dix en 2012, soit trois fois plus que dans l’emploi régional.
Le recours à des contrats précaires (intérim, emplois aidés, contrats à durée déterminée d’usage dans le cadre du régime de l’intermittence) est également plus fréquent : 22 % contre 15 % tous secteurs confondus.”

Une répartition par secteur d’activité inégale

“Les activités de spectacle vivant représentent le premier employeur culturel régional, dans une proportion moindre qu’en France de province. L’architecture et l’audiovisuel-multimédia sont également moins présents en Centre-Val de Loire. En revanche, le patrimoine est une activité surreprésentée dans la région, notamment du fait de la forte présence d’emplois liés à la gestion des monuments historiques.”

activité culturelle

La sur-représentation des emplois liés au patrimoine ne surprend pas compte tenu de la richesse de la région en châteaux et autres lieux patrimoniaux, mais la faible représentation de l’activité de production audiovisuelle en région Centre Val de Loire, ne manque pas d’interroger sur la pertinence et l’efficacité de la politique onéreuse menée depuis des années par l’organisme régional “Ciclic” (antérieurement Centreimage),  qui consiste à financer des tournages “hors-sol”, au détriment d’une production régionale délaissée, alors que, comme le constate l’étude, “l’audiovisuel-multimédia regroupe une très forte majorité d’emplois salariés.”

 

Un partenariat avec le CESER

A un moment où la Culture fait souvent figure de “variable d’ajustement” des collectivités territoriales, le Conseil Économique, Social et Environnemental de la Région (CESER) a décidé de nouer un partenariat avec l’INSEE pour engager une étude afin de mesurer le poids économique direct et indirect que représente la culture. Au-delà de son apport sociétal et de l’enrichissement individuel qui en découle, il s’agira de voir en quoi la culture est créatrice de richesses, d’emplois et d’activités pour le territoire régional.  
Le Ceser s’appuiera sur ces données pour réaliser un rapport qui sera présenté et diffusé fin 2016. 

GP

*”Les nomenclatures utilisées sont celles recommandées par le département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture.

Deux approches sont mobilisées dans l’étude :

– les activités culturelles extraites de la nomenclature d’activités française de 2008, NAF rev.2. Elles comprennent les activités relatives aux secteurs des arts visuels, du spectacle vivant, ainsi que l’architecture, l’audiovisuel-multimédia, l’édition écrite (livre et presse), le patrimoine, l’enseignement culturel, la publicité, les activités du commerce connexes aux activités culturelles et la traduction-interprétation.

– les professions culturelles extraites de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles : professions des arts visuels et des métiers d’art, du spectacle, de la conservation du patrimoine, professions littéraires, architectes ou professeurs d’art (hors établissements scolaires).

http://www.insee.fr/fr/regions/

https://ceser.regioncentre.fr/cms/home.html

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail