Lycéens, ce n’est qu’un début…

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

manifestation lycéen orléans

Deuxième journée de mobilisation sur toute la France, à l’appel des organisations lycéennes et étudiantes, contre la loi El Khomry avec une manifestation ce jeudi 17 mars au matin à Orléans, , qui a réuni plusieurs centaines de lycéens (et très peu d’étudiants) auxquels sont venus s’ajouter une centaine de syndicalistes pour former un cortège qui a suivi le trajet habituel de la cathédrale à la place du Martroi en passant par les mails.

A Tours, la manifestation a réuni près de 3.000 manifestants avec une forte majorité de lycéens au départ de la place Anatole France, manifestation suivie d’un pique-nique sur cette même place.

Manifestations pour “maintenir la pression” en attendant la journée du 31 mars, avec les slogans déjà entendus: “Hollande, t’es foutu, la jeunesse est dans la rue”, “jeunes dans la galère, vieux dans la misère, cette société là on en veut pas”, “ta loi on n’en veut pas, on vaut mieux que ça”, ou plus désinvolte “la retraite à vingt ans, pour baiser, il faut du temps”…

Mobilisation en demi teinte ou montée en pression d’un mouvement de mobilisation d’une jeunesse de plus en plus inquiète de son avenir, il faudra attendre le 31 mars pour mesurer la suite du mouvement sur Orléans.

manifestation

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. J’ai toujours dit qu’il fallait prendre sa retraite de 20 à 40 ans et ensuite travailler jusqu’à ce que mort s’ensuive.
    Nos collégiens et lycéens rentreront tranquillement chez eux dès les vacances de Pâques. On devrait leur donner des cours d’histoire politique contemporaine !
    Je croyais que les manifestations n’étaient guère compatibles avec le surmenage des forces de l’ordre en période d’état d’urgence.
    Comme d’habitude tous les dix ans, des gouvernements proposent des projets de loi sujets à controverse au mois de février ou de mars.
    Ce qui a changé, c’est que ce sont les syndicats qui sont à la traîne des lycéens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail