A l’encre de leurs yeux avec Julie Nicolle

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites
best westernDécoiffante de vérité, belle et jeune artiste peintre qui vit et travaille à Sully-la-Chapelle, dans le Loiret, Julie Nicolle  a créé l’événement,  en mars 2016 , avec “Fan Art”, sa toute première exposition personnelle présentée par la galerie orléanaise Le Garage.

Unanimes furent la presse et les amateurs d’art pour saluer sans fin  “Fan Art”,  sarabande à la fois grave et vive, puissant et chatoyant ensemble de quarante toiles réalisées sans repentir  à l’acrylique et à l’aérosol. Aux cimaises du Garage figuraient, entre autres, les portraits de Stromae, David Bowie, Romy Schneider, Basquiat, Ayo, Michael Jackson, Rimbaud, Vanessa Paradis … Toutes et tous,  dont les expressions avaient été captées et retranscrites avec une justesse saisissante,  adressaient au visiteur un regard étourdissant d’âme.

Pour paraphraser Francis Cabrel, Julie Nicolle  semble puiser sa vie et son art  à l’encre des yeux, celle de ces êtres, célèbres ou inconnus, qui la touchent et auxquels elle rend hommage. 

Un arrêt sur l’image, un arrêt sur l’amour 

Julie Nicolle atelierDe fait,  c’est en naviguant sur la toile que cette artiste se laisse soudain prendre et surprendre  par l’intensité d’une photographie qu’elle va,   sans ciller, décider de métamorphoser en se jouant de la couleur et du brio du trait. Dans l’atelier,  tout se passe dans la fulgurance et avec la complicité de la musique à fond.  Brosses,  bombes  et pinceaux dansent avec énergie jusqu’à ce que naisse, dans le tableau,  le silencieux tapage d’un bel écho au souffle et aux battements de cœur d’une prenante et généreuse personne.
Aujourd’hui, c’est le Best Western Hôtel d’Arc d’Orléans qui, en collaboration avec la galerie Le Garage , ouvre ses cimaises à six œuvres de Julie Nicolle. Au fil de ces toiles,  volontairement choisies parmi celles des premières années, le visiteur rencontrera Marilyn Manson, Uma, Edward B., Alicia Keys. Mais aussi une lumineuse “Grunge Girl” et un “Enfant du monde” au regard écarquillé de beauté.

A n’en pas douter, c’est le film de la vie que nous révèle Julie Nicolle. Chacun de ses portraits est, en effet, un arrêt sur l’image , un arrêt sur l’amour.

Jean-Dominique Burtin.

Best Western Hôtel d’Arc, 37, ter, rue de la République, Orléans. Jusqu’à fin avril.

 En savoir plus:  www.julienicolle.com  www.galerielegarage.net  www.hoteldarc.fr

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail