Région: Guillaume Peltier (LR) veut des travailleurs qui parlent Français sur les chantiers

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Il l’a montré lors de la campagne électorale, Guillaume Peltier, patron LR du groupe d’opposition à la région (UDC), milite pour le “patriotisme économique”.  Lors de la commission permanente régionale du 16 mars, il a souligné l’importance de la région en tant que donneur d’ordre (dans les lycées) ou financeur dans un secteur qui pèse 50 000 salariés directs et 7% de la valeur ajoutée régionale. Ce secteur est aussi un des principaux employeurs des travailleurs détachés.

Guillaume Peltier

Guillaume Peltier

Opposé à la directive sur ces travailleurs détachés, “tant que l’harmonisation sociale européenne ne sera pas effective”, le président du groupe UDC a demandé à l’exécutif de mettre en place une charte non contraignante de la part des entreprises du BTP, s’engageant à ne pas recourir à des travailleurs détachés sur les chantiers bénéficiant, tout ou partie, de financement de la région. Pour ce faire, Guillaume Peltier demande à la région d’étudier les pratiques de la ville d’Angoulême qui a mis en place ce “patriotisme économique”, par le biais d’insertion de critèreschantier  travaux constructionsociaux et environnementaux qui favorisent les entreprises locales et régionales. 

A Angoulême, l’entreprise qui remporte un marché public doit employer sur les chantiers des travailleurs qui maîtrisent le Français. François Bonneau, le président de région, a promis que ces propositions seront examinées lors des états généraux de l’économie et de l’emploi dont le premier des six rendez-vous, consacré à l’industrie, aura lieu le mardi 29 mars à Orléans.

Ch.B

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. devant le vide de la présence politique du groupe UDC au conseil régional, il est facile d’exister: il suffit de reprendre les idées des autres…..et de se les approprier…allons un peu d’honnêteté intellectuelle Mr PELTIER !
    La demande de Mr PELTIER s’apparente à de la récupération…c’est juste extrait, de la teneur d’un amendement déposé lors de la dernière session du conseil régional par le groupe Front National.

  2. Si on ne garde que les travailleurs qui “maîtrisent le français”, il ne restera pas grand monde sur les chantiers pour faire le boulot…des français ! Cela n’a aucun sens et ces jeunes loups sont pires en politique que leurs aînés !

  3. Oui , il y a un grave problème avec les travailleurs détachés , en particulier dans le BTP mais aussi dans les transports routiers . Vouloir agir à l ‘ encontre du recours systématique , et de plus en plus massif à cette forme de ” concurrence déloyale ” pour nos nationaux , c ‘ est , au moins , tenter de sauver des emplois à des niveaux de rémunération correct . Si non , bientôt nos chauffeurs routiers risquent de se voir proposer de travailler pour … 237 Euros/mois comme ce que reçoivent leurs homologues roumains qui sillonnent nos routes ! Nivellement , vertigineux vers le bas ?

  4. Pauvre petit jeune homme que ce Monsieur Peltier. Je crains qu’il ait une idée fausse de “la politique”. Sa proposition d’éliminer tous les travailleurs qui portent en eux l’espoir d’une vie meilleure est marquée au coin de la peur et de l’égoïsme.
    Si le politique ne doit servir qu’à administrer les intérêts immédiats des plus protégés et des nantis, alors ne nous étonnons pas de la désaffection des populations envers la chose publique. Ce type de perspective a laminé l’idée d’Europe qui nous enthousiasmait il y a un demi siècle.
    Le petit Monsieur devrait bien reconsidérer ce qui fait la grandeur et la noblesse du Politique: travailler sans relâche au grand œuvre d’une société juste et fraternelle où le bonheur de l’homme est l’ultime finalité.
    Et ce n’est certainement pas en se faisant le promoteur de la division sociale que nous y parviendrons.

  5. Il aurait peut-être été intéressant d’enquêter sur les travailleurs déplacés sur le grand chantier de l’hôpital ! et sur bcp d’autres choses…

    mais omerta de la presse orléanaise ! heureusement qu’Elise Lucet fait son travail. Y a t’il une Elise Lucet orléanaise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail