Loiret: le sénateur Cardoux en chasseur de voix pour François Fillon

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Et de deux! Après le comité de soutien à Alain Juppé, c’est celui de François Fillon qui a été installé jeudi soir dans le Loiret. Jusqu’ici Serge Grouard, l’ancien maire d’Orléans était en avance dans ses credo sur l’ancien Premier ministre. Cette fois, il est arrivé en retard à ce baptême de l’association qui a réuni environ 150 personnes sur les fonts baptismaux. Retenu par une autre réunion, il a salué son monde pour s’excuser, en lui envoyant des baisers depuis l’estrade, ce qui laisserait à penser qu’il n’a pas succombé aux avances de Nicolas Sarkozy avec lequel il avait déjeuné le midi à Montargis en compagnie de tous les parlementaires du Loiret, à l’exception (notable) de Jean-Noël Cardoux.

Jean-Noël Cardoux au micro entouré d'Eric Doligé, de Marianne Dubois

Jean-Noël Cardoux au micro entouré d’Eric Doligé, de Marianne Dubois, Eric Doligé, Philippe Houillon, Pierre Danon et le maire de Saint-Pryvé, Thierry Cousin.

Il est vrai que le président de LR n’est pas (encore?) candidat à la primaire de la droite et du centre. Dans les sondages, François Fillon plafonne à la quatrième place derrière Juppé, Sarkozy et Le Maire. “N’écoutez pas les cassandres, les sondeurs…Mobilisez-vous” a lancé justement Jean –Noël Cardoux, sénateur du Loiret désigné président du Comité. Un homme, expert -comptable dans le civil qui sait compter les suffrages et qui saura aussi, comme l’a souligné Philippe Houillon, aller à la pêche et à la chasse aux voix. Et pour cause, il préside le groupe chasse-pêche au Sénat.

Philippe Houillon, un député maire de Pontoise aguerri, l’un des deux animateurs de la soirée extérieurs au département avec Pierre Danon, un chef d’entreprise, ancien patron de Numéricable qui a explicité le programme du candidat Fillon. Localement, qui sont ceux des grands élus, anciens et actuels qui marchent derrière François Fillon, “cet honnête homme” capable de “prendre le taureau par les cornes“, dans le sillage du général de Gaulle, de Georges Pompidou et de Philippe Séguin, pour redresser une France “en pleine décrépitude“?

Le sang et les larmes c’est maintenant

Le comité de soutien à François Fillon s'est réuni à Saint-Pryvé-Saint Mesmin, près d'Orléans

Le comité de soutien à François Fillon s’est réuni à Saint-Pryvé-Saint Mesmin, près d’Orléans

Déjà, un poids lourd de la droite locale, l’autre sénateur du Loiret, Eric Doligé, ancien patron du département et de LR (et de l’UMP avant), mais aussi la députée du Loiret Marianne Dubois, l’ancien député Antoine Carré , Michel Martin adjoint au maire d’Orléans chargé des finances, Catherine Soullie ancienne député européenne déléguée départementale (     avec Dominique Delandre), Jean-Pierre Gabelle, conseiller départemental pourtant UDI…

Nous promet-il du sang et des larmes François Fillon comme ont coutume de le dire ses concurrents, en référence à la fameuse phrase de Churchill? “Non le sang et les larmes c’est maintenant” a lancé Philippe Houillon. Pour Pierre Danan, l’ancien Premier Ministre est d’abord “un honnête homme et de nos jours c’est important”. A qui faisait-il ainsi allusion? Pourtant en préambule, Jean-Noël Cardoux avait insisté pour que dans ce camp-là on s’abstienne d’attaques basses contre ses concurrents de la primaire. Il y en eut pourtant d’autres notamment sur l’âge du capitaine bordelais. 

Les flèches vers Juppé

fillon vigier peltier

François Fillon (archives).

En témoin pragmatique, l’ancien patron de Numéricable a détaillé, croquis à l’appui, comment François Filon avait ciselé ses 52 mesures à partir de la réflexion de la société civile au sein d’un laboratoire d’idées (think tank) de 500 militants. Quant aux réformes (retraite à 65 ans, les 39h dans la fonction publique, baisse à 30% des revenus du capital…), François Fillon les fera entre mai et octobre, “lorsque le président bénéficie de la légitimité du suffrage universel” ,et qu’il peut donc passer outre les résistances sociales…A l’heure des questions de la salle, un intervenant s’est tout de même permis de rappeler que c’est Alain Juppé qui a conforté l’ISF (Impôt sur la fortune) comme Premier ministre et l’UDF Gilles de Robien qui avait préparé les 35h, avant  même Martine Aubry.

Autrement dit, même si, comme l’a rappelé Jean-Noël Cardoux, “on ne fait pas ce choix pour barrer la autre à quelqu’un d’autre”, la plupart des flèches vers les “amis” de LR, ont été envoyées en direction d’Alain Juppé. Un signe qui ne trompe pas.

Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail