“L’avenir”, philosophie de la solitude

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Isabelle Huppert / Edith Scob

Isabelle Huppert / Edith Scob

Le film décrit une sorte de burn out mou lorsque tout s’effondre comme au ralenti dans la vie de cette prof de philo quinqua (Isabelle Huppert) qui semble épanouie dans les certitudes de son éthique personnelle et professionnelle mais,  quand ses élèves refusent de rentrer en cours pour protester contre la réforme des retraites, quand sa mère ancienne mannequin fantasque et exubérante ne reconnait plus Sarkozy à la télé, quand son mari lui révèle qu’il l’a trompe avec une autre femme, que sa collection d’ouvrages de vulgarisation philosophiques se ringardise soudain par la médiocrité de ses couvertures et pour finir que son meilleur ancien élève promis à Normale Sup se réfugie dans une communauté dans le Vercors pour mieux s’impliquer dans une critique sociale prônée par le philosophe Adorno, une grande solitude envahit notre philosophe qui n’a plus comme compagne que Paloma, la chatte héritée de sa mère, métaphore de la liberté retrouvée comme le souligne la couverture du livre “Difficile Liberté” du philosophe Emmanuel Levinas.

Car tout le film fonctionne comme un conte philosophique, dans un aller-retour plutôt bien mené entre le cours de philo et la vie réelle, entre Schopenhauer comme livre de chevet de son conjoint, prof sévère et mari volage, les leçons sur Pascal et le Dieu absent, ou sur Rousseau et le désir inassouvi comme source du bonheur, brillantes spéculations bien vaines pour endiguer le désenchantement qui accompagne cette soudaine liberté retrouvée. Notre philosophe s’installe dans une posture plutôt stoïcienne, entre distanciation et froideur, avec une progressive insensibilité, y compris aux arguments de contestation sociale de son élève préféré, somme toute jugé un peu naïf.

Etrange personnage qu’incarne avec brio Isabelle Huppert, qui restera tout le film parfaitement lisse dans ses émotions, trop lisse sans doute, jusqu’à cette touchante scène de fin où elle berce son petit fils, comme si le “il faut cultiver notre jardin” qui conclut le “Candide ou l’Optimisme” de Voltaire se transformait ici en “aimons nos petits enfants”

Gérard Poitou

“L’Avenir”  un film de Mia Hansen-Løve  1 h 40

avec Isabelle Huppert, André Marcon, Roman Kolinka, Edith Scob

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail