“Freaks” ou la furieuse audace accomplie

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites
Photo Marie Line Bonneau

Photo Marie Line Bonneau

Ils nous prennent à l’estomac.  S’adressent aux yeux comme aux oreilles écarquillées. Certains avancent avec bonheur que le renversant concert créé ce jeudi en la salle Barrault du Théâtre d’Orléans dans le cadre de la manifestation  Jazz or Jazz est  un pur “délice d’initiés”.
S’il est vrai qu’il sait combler d’aise les connaisseurs d’une culture free incisive et scientifique, la création de “Freaks” , par l’humble et remarquable  violoniste et compositeur Théo Ceccaldi , est cela mais bien plus encore que cela. 
 
D’un bout à l’autre de ce concert, étourdissant long métrage d’énergie, fruit d’une résidence de dix jours à la Scène nationale d’Orléans qui peut en tirer une légitime fierté, on ne peut que s’abandonner au fol embrasement d’une générosité dont font preuve des musiciens élégants, facétieux,  et  surtout hors pairs. Animés d’un même  souffle lyrique et décapant d’invention, ces jeunes artistes font assaut d’une maîtrise instrumentale et d’un sentiment incandescent inouïs.

Théo Ceccaldi photo Marie-Line Bonneau

Théo Ceccaldi photo Marie-Line Bonneau

 “Freaks”, œuvre au tellurisme effréné et à la belle plasticité,  demeurera sans doute l’un des grands moments de Jazz or Jazz. “Freaks”? Il s’agit d’un concert et d’un voyage à vivre, tumultueux, élégant et insolent.
 
Voici une plage musicale battue par tous les vents venus du grand large inspiré.
Voici une houle aux crêtes impressionnantes.
Voici une leçon de fièvre offerte par cœur et qui se clôt sur un rappel à tonalité de douce quiétude.
Voici alors, avec un poignant minimalisme, un doux hommage à cette tendre, émouvante comme éternelle histoire du jazz.
 
Jean-Dominique Burtin.
 
Théo Ceccaldi “Freaks”
Théo Ceccaldi violon, compositions
Benjamin Dousteyssier saxophones alto et baryton
Quentin Biardeau saxophone ténor, claviers
Giani Caserotto guitare électrique
Valentin Ceccaldi violoncelle, horizoncelle, basse
Etienne Ziemniak batterie
Jeudi 14 mars 2016
Jazz or Jazz Scène Nationale d’Orléans boulevard Pierre Ségelle 45000 Orléans
 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. C’était la “Nuit debout” du “or” Jazz cassant tous les codes musicaux et libérant toutes les expressions, y compris vocales !
    Étonnant, détonnant, dissonant…ou tout simplement insolent !
    Génie musical pour les uns, “imposture” pour d’autres ?
    Théo et ses “complices” se moquent de ce faux “débat”.
    Ils sont bien au-delà et c’est tant mieux !

  2. J’ai bien aimé ce sextet énervé et énervant, à la colère jouissive contre une société infernale , (trucs machins bidules + botox), avec de belles plages de respiration dans un monde de rêveries qu’on aurait dit venu de l’enfance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail