Saint-Etienne: Ronaldo dans le chaudron

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

bandeau euro

Premier match dans le chaudron ce mardi soir entre le Portugal et l’Islande, alors que l’on vient de fêter le 40 ème anniversaire de “l’affaire des poteaux carrés de Glasgow”, plongée chez les Verts d’aujourd’hui.

Premier d’une série sur les villes françaises qui accueillent l’euro de foot (du 10 juin au 10 juillet), notre premier reportage nous conduit à Saint-Etienne (Loire). Dans la capitale du Forez, on vit au rythme du football depuis toujours ou presque. Geffroy-Guichard est l’une des cathédrales du ballon rond, mais la ville de Saint-Etienne que la mine a marquée de son empreinte est devenue de nos jours la capitale du design tout en gardant sa chaleur humaine et ouvrière sans pareil et son accent inimitable. Visite.

Stade Geffroy-Guichard

Stade Geffroy-Guichard, Tribune Faurand ©Chaix et Morel Associés/ Ville de Saint-Etienne

Sitôt débarqué du TGV, sur le parvis de la gare de Châteaucreux, le visiteur est de suite plongé dans le grand bain. Du design et du foot. En attendant de monter en température dans le chaudron. Côté design, un arbre multicolore, vert mais pas que, de Philippe Million. Rayon foot, des panneaux façon “tifos” vous le martèlent si vous y aviez échappé, en juin c’est l’Euro. Saint-Etienne est l’une des dix villes françaises qui accueillera l’Euro 2016, et, à moins de cent jours de l’évènement qui va reléguer toute autre actualité en deuxième voire troisième division, elle présentait le menu.

La ville telle qu’elle est

saint-etienne“Nous voulons donner l’image de notre ville telle qu’elle est et non pas telle qu’elle est connue”, lance le maire Gaël Perdriau, également président de Saint-Etienne-Métropole. Pas simple de ravaler au fond du puits de mine des vieilleries, les images indécrottables de cette ville minière, ouvrière, noire avant d’être verte, piquée de crassiers (dans le nord on dit terrils), de cheminées d’usines, où les armes et les vélos de Manufrance faisaient rouler l’économie de la ville. Les fantômes d’Aimé Jacquet, le natif de Sail-sous-Couzan, plus haut dans la plaine (lisez du Forez), du rouquin Roby Herbin qui vit toujours à la Fouillouse pas loin du stade et autres Roger Rocher, de Rachid Mekloufi, symbole de ces fils de Français d’Algérie qui milita balle (de foot) au pied pour l’Indépendance, de Roger Rocher le président fort en gueule, fondateur de la légende des Verts, ces fantômes-là hantent la place Dorian et la rue de la République en cœur de ville.

Rue de la République justement, des vitrines de commerces opaques ou cartonnées prouvent bien que la grande crise des années 90 avec la fermeture de la Manu, n’est pas qu’un mauvais souvenir. “Les jeunes diplômés foutent le camp à Paris, ici il n’ya rien pour eux, même à Lyon ils ne trouvent pas” se désespère un chauffeur de taxi originaire… d’Aubagne. “Ce n’est pas pire qu’ailleurs, loin de là”, conteste un ancien directeur d’usine dans l’agro-alimentaire, André Duvernoir, viscéralement attaché à “sainté”: “c’est faux, il y a des entrepreneurs dynamiques comme partout et le design suscite des initiatives“. Classée “ville créative design” par l’Unesco, le design à Saint-Etienne c’est partout, à chaque coin de rue, et c’est maintenant une “marque de fabrique”. On est loin des gueules noires.

Renouveau des quartiers

A deux pas de la gare de Châteaucreux, les chevaux bleus en résine de polyester d’Assan Smati vous incitent à cavaler vers les immeubles résolument contemporains de l’ïlot Grüner et ses immeubles aux volumétries acrobatiques, tantôt posés au sol, tantôt dans les airs. C’est ici le siège de la Métropole de Saint-Etienne, rouge, et celui, immaculé du groupe Casino. Le lien avec le football, entre l’industriel de la grande distribution et le mécène du ballon rond se retrouve dans un couloir du stade Geoffroy Guichard où trône le buste blanc du fondateur de Casino et du stade éponyme.

Du passé, Sainté n’a pas fait table rase, elle a bâti avec la vie d’aujourd’hui. Tout avait commencé par le Musée d’art contemporain et sa deuxième collection en France, qui marque l’entrée nord de la ville, à deux foulées du stade. Mais c’est la reconversion particulièrement réussie d’immeubles industriels qui donne maintenant sa signature moderne à la ville. Comme les anciennes manufactures d’armes d’où sortaient les Famas de l’armée française reconverti en 2009 en un quartier créatif, celui de la cité du design et l’école supérieure d’art et de design. C’est ici le cœur de la biennale du design (200 000 visiteurs) où convolent les ateliers fidèlement réhabilités et le bâtiment contemporain de La Platine, à la fois auditorium, serre, salles expositions, “matériautèque” la boutique et puis cette tour d’observation, belvédère de 32 mètres pour un tour d’horizon sur la ville.

Saint-Etienne ne va plus au charbon

Ce n’est pas parce qu’une cité se ripoline en design comme sa vieille place Chavanelle et ses personnages en ferrailles comme les colosses de Yannick Vey et le “Pouet” de Remi Jacquier, sa Cartonnerie, un lieu de recherche où l’on réinvente l’espace public et l’Animali Domesticki, des sculptures animales poétiques dans le paysage urbain, qu’elle cacherait ce qui fut son sein qu’on ne saurait voir. Saint-Etienne ne va plus au charbon, mais travaille sa mémoire de mine au Puits Couriot où revivent la “salle des pendus” et ses galeries fidèlement reconstituées.

Au nord, “il y a les corons” disait la chanson et à Sainté au nord, design et ballon rond se rejoignent du côté de la Plaine Achille qui longtemps accueillit les fêtes foraines mais l’histoire ne dit pas si Achille appartenait à Zavatta…Dans ce quartier de la Manufacture, un énorme chantier se termine, celui de la reconstruction de la Comédie de Saint-Etienne qu’a créé Jean Dasté et qui reste l’une des plus célèbres compagnies décentralisées. Le Zénith, de Jordan Foster, dans le “marais” ne dépare pas la capitale du design avec sa toiture-casquette en aluminium. C’est non loin de là que sera installée la fameuse “fan zone”, au parc François Mitterrand.

Pas seulement pour les footeux

“L’euro ce n’est pas seulement pour les footeux” explique

Jérémie Jeannot

Jérémie Jeannot

, le gardien emblématique des Verts version 2000, chef du projet UEFA,  nous voulons mettre aussi en valeur aussi la culture”. Alors la ville battra au rythme de l’Euro avec six sites d’animation comme “sainté urban touch” ou “Sainté liberty” aux autre coins de la ville, des concerts comme celui de Mickey 3D, gratuit en ouverture de la fan zone le 10 juin , des thématiques sur la diversité pour les enfants, des conférences comme celle du jeudi 28 avril “le football sport de droite ou sport de gauche”, des déambulations dans les rues…

Les retombées? “Chaque rencontre sera suivie par 150 millions de télépectateurs” dit le maire, “il s’agit là d’une formidable vitrine pour notre ville”; A peu de chose près l’investissement en travaux à Geffroy Guichard (de 2011 à 2014) qui a coûté 75 millions d’euros devrait être à peu près égal aux retombées économiques directes évaluées à 77 millions. Mais l’Euro c’est aussi 880 bénévoles candidats à accueillir, participer à la logistique. “Les 44 autres communes” (de la Métropole) ont joué le jeu” explique un des vice-présidents du département de la Loire, Georges Ziglier, “je sens une mobilisation plus forte qu’un 1998”, lors de la Coupe du Monde qu’avait déjà accueillie Saint-Etienne.  Deux millions d’euros ont été donnés par l’UEFA un fonds baptisé “héritage Euyro” du temps de Platini pour la rénovation ou la construction de stades, le passage de pelouses au synthétique, dans des petites communes de la Métropole comme Saint-Priest ou Lorette.

IMG_3108

Jacques Lambert et Gael Perdriau, maire de Saint-Etienne

Jacques Lambert, le patron de l’Euro 2016 est un ancien préfet qui, tout jeune, oeuvra durant deux ans à la préfecture de Saint-Etienne. Côté personnalité c’était au temps de la génération des Lucien Neuwirth (le père de la pilule sous Giscard), Pinay l’ancien ministre des Finances, l’homme au chapeau rond de Saint-Chamond sur les rivages du Gier, et puis de Lucien Durafour, l’ancien maire. Économiquement ce fut une période difficile avec la fin de Manufrance, le grand déclin de l’industrie. En revanche chez les Verts, “c’était deux ans après Glasgow, et l’arrivée de Platini”. Alors Jacques Lambert ne le cache pas, “je me sens un peu stéphanois” mais il est sincère lorsqu’il lance aux élus de la ville, “votre programme est extrêmement riche. Saint-Etienne pourrait servir de modèle à beaucoup d’autres communes”. Montrer la voie en quelque sorte, comme l’ASSE l’a fait pour le football français.

Christian Bidault

La France à Geoffroy Guichard si elle termine deuxième de son groupe

4 matchs de l’UEFA Euro 201 se joueront au stade Geoffroy-Guichard  :

–          le 14 juin 2016 à 21h : Portugal – Islande
–          le 17 juin 2016 à 18h : République tchèque – Croatie
–          le 20 juin 2016 à 21h : Slovaquie – Angleterre
–          le 25 juin 2016 à 15h (8ème de finale)

Si l’Equipe de France termine 2ème de son groupe, elle disputera son 1/8ème de finale à Saint-Etienne.

Geoffroy Guichard: “ici c’est le chaudron”

Tribunes intérieures et pelouse lors du match ASSE Nantes_Copyright Chaix et Morel Associes  Saint-Etienne Metropole  Ann

Tribunes intérieures ©Chaix et Morel Associes Saint-Etienne Metropole Ann

Toujours le design, Geoffroy Guichard a reçu une greffe de peau en métal ajouré sur ses tribunes mythiques. Avec ses sept mille places supplémentaires, les gros poteaux supprimés ce qui a permis laz création de  virages, et les deux kops rénovés, ce stade légendaire dont la capacité a été porté à 42 000 places, a bénéficié de travaux à l’extérieur mais aussi à l’intérieur de 2011 à 2014, sans interruption de match. Pour autant, Geoffroy Guichard garde ce qui en fait le charme, le look d’un stade de foot anglais avec ses tribunes qui tutoient la pelouse.

Une fois dans le “saint des saints”, une fois passé le fameux avertissement “ici c’est le chaudron”, la visite permet de découvrir des vestiaires revisités, verts jusqu’au bout des sièges, sous l’influence de Christophe Galtier, l’entraîneur des pros. “une disposition en fer à cheval” réalisé par une entreprise locale , la SACMA, explique Jacques Fradin, le directeur du stade. Même les porte-manteaux ont une touche design, tout comme les salons VIP, le salon Platini et les loges. 

Saint-Étienne Métropole, en collaboration avec un consortium regroupant les opérateurs de téléphonie mobile, a mis en place un dispositif innovant de couverture mobile pour faire du Chaudron, le premier stade connecté 2.0 de France. Pour répondre à la forte utilisation dans le stade, des appareils mobiles connectés, par les spectateurs.

Geoffroy Guichard qui a été construit sur un terrain –l’Etivallières- appartenant à Casino, fut inauguré en 1931 et fut baptisé du nom du fondateur de la société puis légué au club de football qui à l’époque s’appelait “l’Association sportive stéphanoise” ancêtre de l’ASSE. Celle-ci y a bâti le plus beau palmares du football français au grès de campagne européenne gravées dans toutes les mémoires. Depuis 2007, Geoffroy Guichard qui a fait vibrer tout le public du football depuis les années 1970, est maintenant équipé sur son toit de 2 600 m2 de panneaux solaires photovoltaïques qui produisent 200 000 KWh par an. 

Un stade vert sur tous les plans en somme.

Quelques événements
qui ont marqué Geoffroy Guichard depuis les années 80

– Euro de football 1984
– Concert de Bruce Springsteen 1985
– Mondial de football 1998
– Coupe des confédérations 2003
– Concert de Johnny Hallyday 2003
– Coupe du Monde de rugby 2007
– Demi-finale de Coupe d’Europe de rugby 2015
– Match mondial contre la pauvreté 2015
– Match de préparation à l’UEFA Euro 2016 : France – Danemark

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail