“Il est où Macron ?”

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Pour l’Elysée c’était une visite  dans  une usine qui va bien, qui investit et qui embauche.  Au fronton de laquelle on peut afficher « ça va de mieux en mieux ». Pour cette bénéfique escapade, le président avait convié son ministre de l’Economie et  celui des Affaires sociales et de la Santé à l’accompagner. On allait voir une entreprise pharmaceutique.

hollande chartres

Emmanuel Macron, se tenant à l’écart, ne figure pas sur les photos de groupe

A l’aller Le Président était arrivé depuis Paris en voiture avec Emmanuel Macron et sans Marisol Touraine, qui avait été choisie, elle, pour le trajet retour. C’était réglé comme du papier à musique sauf qu’Emmanuel Macron ne l’entendait pas tout à fait de cette oreille bien qu’il ait déclaré que l’ambiance pendant le trajet avait été « amicale, comme toujours ».

Emmanuel Macron, à gauche, en retrait

Emmanuel Macron, à gauche, en retrait

Ce premier de la classe était ce matin un élève dissipé. A peine arrivé il s’est mis à papillonner sortant du champ de vision du chef de l’Etat. « Emmanuel n’est pas là ? », s’est inquiété celui-ci  à peine  entré dans le bâtiment. Disparu Macron ? Non seulement soucieux de ne pas figurer sur la photo et devant les caméras près du chef de l’Etat que Marisol Touraine ne quittait pas. Le Président  agacé, a fini par demander :  « il est où Macron? ». Il était derrière, hors du cadre pour la  photo souvenir devant la maquette de l’usine. Rappelé à l’ordre, le ministre de l’Economie  s’est exécuté et rapproché du Président, assurant  ensuite « jouer collectif » aux journalistes qui le questionnaient  sur son attitude : « Qu’est-ce-que je fais là? Que je sois à quatre mètres derrière le président n’est dû qu’à une barrière humaine », celle des salariés qui se pressaient pour faire des selfies avec le chef de l’Etat et les ministres. Pour Emmanuel Macron, c’était un avant-goût de ce qui l’attend à Orléans le 8 mai, Comme souvent, le Président interrogé à son tour, a préféré botter en touche : « le sujet c’est l’emploi, c’est le seul sujet » a-t-il éludé à propos de  ce  ministre de plus en plus personnel.

Alors que trois adhérents du Parti Socialistes réclament des primaires à gauche, ses membres du gouvernement ne cachent même plus leur irritation devant la prise d’indépendance et l’ascension de leur jeune collègue, patron du tout nouveau mouvement « En Marche ». Manuel Valls a même évoqué “une faute” au sujet de la dernière sortie du ministre de l’Economie  au sujet  de l’impôt sur la fortune.

F.C.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail