Blois : un conseil de routine, mais pas que…

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Le deuxième conseil municipal de l’année s’est déroulé tranquillement, et rapidement. Un conseil de routine, en attendant des dossiers plus complexes comme la reprise en régie de l’eau par la municipalité en fin d’année 2016, ou l’extension commerciale du centre-ville au chevet de l’église Saint-Vincent.

passerelle gare Blois

L’ambiance promettait un assoupissement général des élus et du public assistant au conseil municipal de Blois, lundi 25 avril dernier. C’était sans compter sur un sujet inépuisable, presque oublié depuis son inauguration en mai 2015 : la passerelle de la gare. Une petite délibération, à l’apparence anodine (n°79) portant sur la « remise foncière de la passerelle cyclo-piétonne » pour partie par la SNCF et par la Société d’économie mixte (SEM) 3 Vals Aménagement, a permis à Jacques Chauvin, conseiller de l’opposition (L.R) de poser quelques questions à son sujet. Celle de la fréquentation notamment : faudra-t-il installer un compteur à chaque bout pour savoir précisément combien d’usagers empruntent cet équipement qui relie deux côtés de Blois qui se parlent peu : le nord-ouest et le centre-ville ? Pourquoi pas, cela permettrait de départager les partisans du comptage « au doigt mouillé » telle Chantal Rebout, élue écologiste de la majorité, qui se rend à Orléans chaque jour : «si, si, je vous assure, il y a beaucoup de gens qui prennent la passerelle ». Et ceux qui doutent de sa sur-fréquentation, telle Christelle Ferré, élue centriste d’opposition : « je n’ai pas tout à fait les mêmes retours ». Le juste comptage doit être quelque part au milieu de la passerelle, mais où ?

Marc Gricourt

Marc Gricourt

Plus largement, Jacques Chauvin a interrogé Marc Gricourt sur l’étude du réaménagement du parvis, qui fait partie intégrante du plan de mandat. « Le cabinet Germe et Jam est mandaté pour les études du périmètre gare » a précisé ce dernier, ajoutant qu’un « automate de retrait des billets » serait installé côté ouest pour éviter des détours fastidieux aux voyageurs. Concernant la sécurisation de la passerelle – dernière question de J. Chauvin – le maire rappelle que « trois caméras de vidéosurveillance vont être installées ».

Tranquillité publique

Cependant, d’autres sujets font l’unanimité : grâce à 3,3 M€ de résultats de bonne gestion en 2015, des fonds inattendus vont servir au remboursement de la dette annuelle, et près de 1M€ pour des investissements en travaux de voierie. Ce qui devrait satisfaire bon nombre de Blésois : l’état de la voirie est un sujet de mécontentement récurrent lors des réunions de quartiers avec les élus municipaux. L’aménagement cœur de ville-Loire (ACVL) va bénéficier de 650.000 € supplémentaires, et gagner trois mois sur les délais de travaux. Tout le monde à Blois ne pourra s’en réjouir, tant ceux-ci provoquent beaucoup de grogne, tant chez les automobilistes que chez les commerçants impactés. « Des travaux choisis sur proposition des élus en délégation », précise Marc Gricourt.

La convention de partenariat entre police municipale et nationale a donné lieu à de longs échanges entre majorité et opposition. Des commerçants se plaignent de troubles à l’ordre public générés par des marginaux, pourtant bien connus et repérés depuis longtemps par les services de la mairie et la police, pas bien méchants mais bruyants. Des plaintes exacerbées par la caisse de résonance des réseaux sociaux notamment Facebook. « Jets de pierres et invectives, les commerçants situés autour de la Place Louis-XII se plaignent » a indiqué Jacques Chauvin, « l’un d’entre eux a décidé de fermer plus tôt et menace de ne pas organiser de concerts l’été prochain, tant que la sécurité ne sera pas assurée ». Des propos que Marc Gricourt tente de modérer « sans minimiser le problème » a-t-il pris soin de préciser. « Je connais bien ce commerçant, sa réaction est excessive et je me permettrait de le lui dire ». L’adjoint à la tranquillité publique Yann Bourseguin a demandé la stricte application de l’arrêté tranquillité publique (dispersion des regroupements et interdiction de la consommation d’alcool sur la voie publique dans le périmètre concerné). « Le centre-ville n’est cependant pas un parc d’attraction, avec des bornes pour empêcher les SDF et les pauvres de circuler. Il faut distinguer l’insécurité et l’aspect visible de la présence de personnes SDF ». Une caméra va être prochainement installée square Valin-de-la-Vaissière, ce qui portera leur nombre à 32 d’ici fin 2017 à Blois. Une liaison vidéo sera mise en place par cette convention entre les deux polices pour le visionnage et leur manipulation.

Frédéric Sabourin

Délires paranoïaque ?

Miguel de Peyrecave

Miguel de Peyrecave

La mise à disposition de deux agents du CIAS afin de réaliser une enquête « sur les enfants qui reçoivent l’instruction dans les familles » (délibération n°63) a donné lieu à un de ces échanges devenus habituels entre l’élu du Front National Miguel de Peyrecave et le maire (PS) de Blois. « Sommes-nous dans une vision totalitaire ? » s’est indigné l’élu frontiste, reprochant à cette enquête – et ses enquêteurs – de mener une « inquisition » dans des familles ayant fait ce choix en toute liberté, puisque l’école n’est obligatoire qu’à partir de 6 ans. Trois familles étaient concernées par ce mode d’instruction en 2015. Réponse cinglante du maire de Blois Marc Gricourt : « Un Etat totalitaire, nous en avons connu un, c’était en 1941 et c’était vos amis. Je vous laisse à vos délires paranoïaques ».

Pas sur que ces approximations sur l’interprétation de l’histoire – dans les deux cas – et les comparaisons hasardeuses avec des régimes totalitaires soient en mesure de réconcilier les citoyens avec la politique, et les hommes qui la font… « On peut violer l’histoire », disait Alexandre Dumas, « à condition de lui faire de beaux enfants ».

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail