Fin du “Pass contraception” : le signal désastreux de Valérie Pécresse

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Pour Marisol Touraine, ministre de la santé, la suppression par le conseil régional d’Ile-de-France, présidé par Valérie Pécresse (LR) du « Pass contraception », adopté depuis 2011 par la gauche régionale, dispositif d’accès gratuit et anonyme à des contraceptifs et des tests de dépistage est “un signal désastreux”.

Marisol Touraine

Marisol Touraine

“Cela me permet de rappeler que j’ai fait voter à la fin de l’année dernière une loi qui instaure la gratuite non seulement de la contraception mais des consultations et des examens biologiques liés à la contraception, à partir du 1 er juin prochain.  J’appelle Valérie Pécresse à ne pas renoncer à agir en direction des jeunes filles et des jeunes femmes à un moment où les questions liées. à  la santé sexuelles sont des questions tout à fait importantes », dit la ministre.

Valérie Pecresse

Valérie Pecresse

De son côté  Valérie Pécresse souligne l’inefficacité du dispositif expliquant, lors du vote du budget régional, “que le Pass contraception ne bénéficie que d’un taux de recours des mineurs excessivement faible”. Interrogée la présidente du Planning Familial  s’est demandé si « Mme Pécresse ne veut  pas  pas donner des gages aux membres de sa majorité dont certains sont proches de la manif pour tous » En Ile de France, quelques 2000 Pass- contraception ont été distribués depuis sa  mise en place. L’Association Osez le féminisme souligne que “ce Pass est aussi un outil d’information et de prévention contre les grossesses non désirées et les infections sexuellement transmissibles”.

En région Centre-Val de Loire

Les 173 établissements d’enseignement de la région sont dotés d’un kit contraception. Les infirmières des établissements peuvent, dans le cadre des actions d’éducation à la sexualité qu’elles mènent auprès des élèves, disposer de moyens complémentaires permettant une meilleure sensibilisation des jeunes. Ils  complètent un budget de 500€ alloué aux infirmeries des établissements scolaires pour l’achat de moyens de contraception afin d’en faciliter l’accès aux jeunes de manière anonyme et gratuite au sein même de leur lieu d’apprentissage.

F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. 173 établissements -publics?- sur combien dans notre région?
    Quant à la présence d’ infirmières , à mi-temps ou temps complet , dans les établissements publics , qu’en est-il ? L’éducation nationale est bien peu pourvue en ce domaine .

  2. scandaleux, mais j’ai toujours eu mes doutes quant à cette dame. Le goût du pouvoir ne va pas toujours avec la compréhension des besoins réels ‘du peuple”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail