Le fret ferroviaire sur une voie de garage dans la région

Les acteurs locaux du fret ferroviaire viennent de tirer la sonnette d’alarme. Sans aide pour soutenir le secteur, et sans modernisation urgente des voies de chemin de fer, le transport de marchandises par le rail semble sur une voie de garage. C’est le message délivré par Philippe Millet, propriétaire de, à l’occasion d’une visite du président de la région François Bonneau dans cette entreprise de Saint-Denis de l’Hôtel (Loiret).

freight-train-363436_960_720La société, reprise par le groupe de location de wagons Millet en 2014 alors qu’elle était en faillite, est l’un des derniers ateliers français de réparation de wagons, et son avenir dépend de la rénovation à court terme de la ligne Orléans-Châteauneuf. “Si j’ai repris cette entreprise, c’est que j’ai de l’espoir. Mais le fret ferroviaire va mal en France, et même très mal. Il faut trouver des solutions, et nous y sommes prêts, y compris en participant à des investissements”.

La solution d’un tour de table public privé pour financer la rénovation des petites lignes de fret a déjà fait ses preuves, pour la remise à niveau de Vendôme-Montoire et Blois-Villefrancoeur. COUL21187-2015CL07Grâce à un montage financier inédit, le groupe coopératif Axéréal s’est associé au financement des travaux à hauteur de 30%, aux côtés de la région, de la SNCF, de l’Etat, du département et des communautés de communes concernées. Cette année, trois autres petites lignes “capillaires”, essentiellement utilisées pour le transport de céréales, seront rénovées, dont Vendôme-Selommes. Et de nouveaux tours de table financiers sont prévus en 2017 pour quatre petites lignes. Quant à l’axe Orléans Châteauneuf qu’utilise SDH Fer, sa réouverture au trafic voyageur est prévue pour 2021, ce qui devrait conduire à sa modernisation complète.

En faisant “le choix du fret ferroviaire”, la région espère pouvoir au moins maintenir l’activité “dans un secteur malmené depuis des années par une vision à court terme,”, a insisté le président de l’exécutif François Bonneau. Le volume du fret ferroviaire en France a été divisé de moitié en quarante ans. Le transport par camion est devenu moins onéreux et le réseau ferré se dégrade, faute d’investissement. Et un tiers du volume fret se reporterait alors sur le transport poids lourd. Avec près de 100.000 camions de plus sur les routes…  

Afficher les commentaires