Fêtes johanniques : une chevauchée du 1er mai (enfin) sous le soleil

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Dans le cadre des festivités commémoratives du 587e anniversaire de la délivrance d’Orléans, les Orléanais ont pu assisté ce dimanche 1er mai à la traditionnelle chevauchée de Jeanne d’Arc jusqu’à l’Ile Charlemagne par la Loire, accompagnée de toute la jeunesse chrétienne venue rendre hommage à une Jeanne, cette année, très naturelle.

JEANNEDARC_10_EB

« Va avec ton épée ! »

10h. Ils étaient environ 700 jeunes – Scouts et Guide France, Scouts Unitaires de France et Guides d’Europe – à s’être rassemblés place du Martroi ce dimanche 1er mai pour rendre hommage à Jeanne d’arc, alias cette année Emma Fesneau, certainement l’une des Jeanne les plus irradiantes de ces dernières années de festivités. Et plus particulièrement les filles de la Compagnie Sainte Thérèse, d’ordinaire ses compagnes de scoutisme, pour qui elle était vraiment

JEANNEDARC_05_EB« … vraiment phénoménale ! ». L’attendait aussi Olivier Carré, le maire de la ville dont les premiers mots en aparté ont été compatissants « Tu n’as pas trop chaud  ? » – il parait que l’on n’avait pas vu un aussi beau 1er mai depuis 5 ans ! – avant de déclarer plus solennellement : « Ton sourire accompagne le soleil. Va avec ton épée, va avec cette jeunesse qui t’accompagne ».

Direction donc vers Saint-Loup pour la traditionnelle traversée de la Loire en bateau au rythme des acclamations, des fanfares municipales et des cornemuses d’Orléans Dihun Pipe Band. Quelques personnes aux fenêtres faubourg Bourgogne qui applaudissent et des passants et des joggers sur les trottoirs qui suivent le cortège dont François, bouquet de muguet à la main, pas plus emballé que ça : « Moi, je m‘en moque un peu… Ça me fait ma marche du dimanche. Avant, il y avait plus de monde que ça. C’est une fête qui va se perdre ! ».

Messe et pique-nique à Charlemagne

À lui donner tort. Car une bonne heure plus tard, c’est une foule, amassée entre Loire et Canal, qui accueille Emma, en compagnie de Charles-Éric Lemaignen, président de l’Agglomération Orléanaise, et de David Tiberge, maire de Saint Jean-de-Braye à la tribune : « Le message de Jeanne est une leçon d’égalité comme la République laïque nous la garantit. Jeanne s’est affirmée au-delà de la différence, c’est une femme de courage, de résistance et de combat qui a défendu son attachement à son pays, qui est resté en alerte face au danger. L’obscurantisme s’oppose à toutes les raisons. Le message de Jeanne nous est précieux : ne pas céder à la peur ».  

JEANNEDARC_02_EBLe temps d’enjamber le canal et Jeanne et son escorte mettent pied à terre pour embarquer à bord de l’Insoumis, cap sur la rive d’en face, vers l’Ile Charlemagne. Là l’heure est au reccueillement et à la prière avec la traditionnelle messe en plein air où tous les fidèles étaient les bienvenus. 13h30 annonce la pause pique-nique. L’héroïne tombe l’armure, repasse en jogging et redevient la jeune adolescente de 17 ans pour une heure, Et même un peu fatiguée et l’épaule endolorie à force de tenir l’étendard, Emma fesneau reste incroyablement rayonnante. « C’est une belle Jeanne, confirme Bénédicte Baranger, présidente de l’association orléans Jeanne d’Arc depuis mars dernier. La personnalité de Jeanne a un impact important sur l’esprit des fêtes. Emma est très enthousiaste ». Et Bénédicte Baranger en sait quelque chose : elle a incarné Jeanne d’Arc en 1975. Un moment très fort dont elle se souvient encore : « surtout la rencontre à cheval avec les Orléanais. Je me rappelle aussi d’une femme en noir qui s’était mise à genou avec son chapelet en disant ‘Sainte-Jeanne protégez-nous ! ». À la tête de l’association depuis deux mois mais vice-présidente aux côté de Marie-Christine Chantegrelet depuis 15 ans, Bénédicte Baranger ne cache pas aujourd’hui son souhait de faire évoluer l’association « en essayer d’étendre les fêtes à d’autres associations de jeunes catholiques et faire en sorte que les jeunes globalement se sentent concerner par l’histoire de Jeanne d’Arc, qu’ils s’impliquent ».

« J’ai beaucoup prié »

Avant de remonter sur Rimbault, un percheron américain – la jument blanche star attitrée des fêtes étant morte – Jeanne accepte volontiers de poser avec quelques familles en balade sur la base de loisirs malgré le temps compté. Car la chevauchée est loin d’être finie. Il faut repartir vers les Tourelles et le cœur d’Orléans. Mais Emma est prête, elle a cœur plus que jamais d’incarnée l’Histoire. « Je suis fière, confie la lycéenne, de 17 ans. Quand j’ai su que j’étais retenue, c’était comme un feu d’artifice dans mon cœur et dans ma tête. J’avais envie d’être Jeanne parce qu’elle avait été hyper importante pour la France et Orléans. Je voulais témoigné du passé. Aujourd’hui, je m’inscris dans la lignée de toutes ces Jeanne et je profite de chaque moment dont le plus important jusqu’à maintenant a été la remise de l’épée. J’ai beaucoup prié pour avoir la force de témoigner et de paraître aux yeux des Orléanais ». Des prières qui visiblement ont été entendues puisque Emma Fesneau semble avoir réussi son entrée et conquis le cœur des Orléanais.

E.B.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail