Siné, disparu jeudi: “que tous les ballons ronds crèvent !”

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites
sine“Mourir? Plutôt crever” disait Siné. Encore un mort à Charlie. Il lavait quitté le journal satirique en 2008, mais comme ses potes, l’anard Siné est parti entre quatre planches comme a joliment titré Libé (lire le portrait). Il avait 87 ans mais jusqu’au bout il aura porté son journal, Siné mensuel à bout de crayon, et l’insolence à son sommet. 
A un mois de l’Euro (qui sera présent dans les colonnes de Magcentre), le CACS et Michel Caillat nous rappellent ce que Siné écrivait du foot-business et de ses supporters.

“Les coups de pieds, ce n’est pas dans les ballons qu’il faut les balancer, c’est dans le cul de tous les supporters de ce jeu complètement dévoyé.

Le football est con, le football est laid, le football est pourri.

Les seuls ballons sympathiques sont les vieilles boîtes de conserves vides ou les boules de chiffons dans lesquelles tapent tous les pauvres mômes du  monde dans les cours des taudis, dans les favelas, dans les townships, dans les bidonvilles…

Leur gazon c’est le bitume ou la terre du terrain vague.

À la place de marques prestigieuses imprimées sur des maillots de couleurs d’un goût de chiottes, ils ont des taches et des trous dans leurs tricots sales.

Des cals sous les pieds leur tiennent lieu de crampons.

Ils ne touchent ni millions, ni même de cacahuètes.

Mais ils s’en foutent, ils font ça seulement pour se marrer et n’ont pas besoin de public ni de caméras pour prendre leur pied.

Vive ce jeu-là, mais à bas ce spectacle de millionnaires, inventé par des milliardaires, diffusé de force à la terre entière et uniquement destiné à ramasser un max de blé et à abrutir encore un peu plus des centaines de millions de décervelés en les détournant de la triste réalité.

Scotchés à leur écran, on pourrait les enculer sans même qu’ils  s’en aperçoivent !

Les plus tarés d’entre eux, et même des nanas, se barbouillent la tronche à la craie de couleur comme des Indiens de pissotière.

C’est pitoyable !

Ce qui me navre, c’est que j’ai quelques bons copains qui n’en ont pourtant pas l’air, mais qui sont accros à cette chienlit sans trop oser me le dire pour ne pas me faire de peine.

Pourtant très compréhensif avec tous les dépendants, à l’alcool, à la cigarette, aux drogues plus ou moins dures, au sexe, même pervers … au football, franchement, je n’y arrive pas !”

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Pujadas a consacré 20 secondes à la mort de Siné, en toute fin de son journal sur France 2.

    C’est pitoyable. Mais en même temps, cela en dit long sur la haine que peuvent ressentir ces gens-là, qui ont un salaire à 5 chiffres, devant un honnête homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail