Les travailleurs du dimanche

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

IMG_5976Tout n’a pas été rose (si l’on peut dire…) dans le “show Macron” de dimanche à Orléans. Ulcérées par le retard pris par le cortège en raison de la mêlée médiatique, certaines associations notamment composées d’enfants, ont carrément décroché du défilé. Pas rose non plus Dominique Tripet la conseillère municipale Front de gauche qui vient d’être chargée d’un mission en faveur des femmes victimes de violence par le maire LR Olivier Carré, et qui n’en n’a pas mis pour autant son drapeau (rouge) dans sa poche. C’est même du blanc qu’elle a sorti sous forme d’une chemise taguée sur la loi El Khomri, symbolisant la chemise  déchirée du DRH d’Air France, “la politique de ce gouvernement déchire nos vie depuis quatre ans”, a dit Dominique Tripet qui a donc réussi à échanger quelques mots avec le Ministre.

IMG_5702

Brigitte Macron (avec les lunettes noires), derrière le préfet et l’évêque.

En mairie, le ministre de l’Economie a signé le livre d’or de la ville et a serré la main de tous les représentants des “corps constitués”, juges, avocats, policiers, gendarmes, recteur…et de tous les élus départementaux, régionaux et municipaux et les parlementaires. Une première vague de serrage de paluches qui a duré de longues minutes et provoqué un premier retard dans l’ordonnancement des fêtes.

Paradoxalement, les cinq parlementaires de LR (Marianne Dubois, Eric Doligé, Claude de Ganay, Jean-Noël Cardoux, Jean-Pierre Door) qui avaient annoncé qu’ils boycotteraient le défilé aux côtés d’un ministre dont ils désapprouvent la politique, étaient au rendez-vous…de la tribune d’honneur lors du discours d’Emmanuel Macron. Une présence “républicaine” ont -ils précisé, en revanche ils n’ont pas participé au cortège estimant qu’il s’agissait-là de “communication”. Ce qui en soi n’est pas faux, rapporté au nombre de caméras et de micros.

Trois des cinq parlementaires qui avaient annnoncé leur boycott, Eric Doligé, Claude de Ganay et Jean-Noël Cardoux.

Trois des cinq parlementaires qui avaient annnoncé leur boycott, Eric Doligé, Claude de Ganay et Jean-Noël Cardoux.

Faudrait-il en déduire alors qu’Olivier Carré fait la “com” d’Emmanuel Macron? De même Olivier Geffroy, adjoint au maire d’Orléans et secrétaire général de la plus grosse boite de notaires en France, une corporation qui a protesté contre la venue d’Emmanuel Macron. n’a pas non plus boycotté les fêtes. Mais la tentation de s’exposer était sans doute trop grande pour un élu qui cherche à décrocher d’autres mandats…

Le stress des policiers

IMG_6031

Le préfet et le ministre.

Parmi les quelques quolibets lancés à Emmanuel Macron sur le parcours, on notera celui d’un homme esseulé et très excité sur le pont Royal qui lui a crié, “Hollande en prison, Macron à l’Elysée…”, avant d’être un peu calmé par un policier. Bien plus amusant, on retiendra celui d’un autre badaud, “alors, Macron on travaille le dimanche…!”.

 D’autres travailleurs du dimanche ont oeuvré dans des conditions particulièrement stressantes, ce sont les policiers du service de sécurité du ministre et ceux de la DCRI locale. Non seulement il a fallu faire le ménage autour d’Emmanuel Macron cerné par des rideaux de caméras (plus de cent journalistes ont été accrédités), mais en plus scruter la foule alors que la France est toujours en état d’urgence. Le plus étonnant c’est la décontraction et l’affabilité affichée par préfet de région Nacer Meddah, qui avait multiplié les réunions de sécurité ces derniers jours et qui aurait été tenu pour responsable en cas de problème. L’homme en a vu d’autres, il a notamment “géré” la crise Arcelor. C’était en Lorraine une autre région johannique, mais les foules étaient moins festives.

Ch.B

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail