“Les putes voilées n’iront jamais au paradis !”

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

« Comment les femmes pensent-elles le Monde ? Comment le monde pense-t-il les femmes ?» On ne saurait écarter de ce débat qui s’annonce fort intéressant ce week-end à Orléans le magnifique et poignant roman de l’Iranienne Chahdortt Djavann arrivée en France à 26 ans sans parler un mot de Français et qui en est à son douzième ouvrage dans notre langue. Avec « Les putes voilées n’iront jamais au paradis », elle assène un coup de poing à la face de l’Iran, pays où la prostitution est une quasi institution à laquelle beaucoup d’iraniennes ne peuvent échapper.

djavann2photo-jf-paga-grasset

Chahdortt Djavann

Dès les premières lignes, le lecteur comprend qu’entre la fiction  choisie comme moyen d’expression et la réalité vécue au pays qui a Téhéran pour capitale, il n’y a que l’épaisseur d’un cheveu de femme. Le récit s’ouvre sur la découverte dans la rue d’un cadavre de jeune femme étranglée. Cela ne peut être qu’une prostituée donc elle n’a eu que ce qu’elle méritait. Affaire classée. Suivent les portraits de deux petites filles magnifiques, deux copines d’école, deux voisines, l’une mariée à douze ans, l’autre qui choisit de s’enfuir pour échapper au même sort : Toutes deux finiront dans l’enfer de la prostitution. Leurs parcours alternés apparaissent tour à tour avec ceux de d’autres femmes dont certaines lapidées d’autres pendues, assassinées parce que prostituées. Ce sont autant de témoignages d’outre- tombe. Chacune exprime ses désirs, ses rêves et sa réalité avec sa langue et ses mots. Ces voix sonnent juste. Parfois crues, ces paroles teintées de l’humour noir que donnent le désespoir et l’implacable destin que leur octroie en partage une société fermée et par bien des côtés archaïque  bousculent nos consciences d’êtres 9782246856979-001-Xhumains.

Ce sont des faits avérés, subis par une multitude de femmes, un vécu actuel  intégré et accepté de gré et de force par une société soumise dans tous les sens du terme et qui ferme les yeux, sans doute pour ne pas voir. Chahdortt Djavann dénonce cette immense hypocrisie : au pays des mollahs, de la morale rigoriste sans compromis, la prostitution est une institution nationale et la femme une marchandise dont les hommes disposent pour leur profit financier ou pour assouvir leur frustration sexuelle. C’est puissant, érotique, tragique, révoltant.

En publiant ce roman bouleversant, en mettant dans la lumière une réalité épouvantable,  l’auteur   souhaite  que nous ouvrions les yeux sur cet Iran prétendument en voie de modernisation. Il y a Téhéran, ses quartiers chics, sa jeunesse dorée,  dans tout le pays, des femmes qui n’ont d’autre issue que de la prostitution, qui ne peuvent y échapper. “L’islamisme est le pire des régimes, dut Cha, il contrôle la vie intime de chacun”  nous dit Chadortt Djavann.

Au fil des pages, en accomplissant ce voyage au bout de l’enfer des mollahs,  nous saisissons le non-dit de la folie  islamiste, la haine de la chair et du corps féminin en particulier du plaisir qu’il pourrait prendre, et la domination d’une sexualité mâle au nom de laquelle bien des horreurs sont commises à l’encontre des femmes. Au de-là du fait iranien proprement dit, met en lumière l’hypocrisie démente et  l’obscurantisme  sans limite de tous ceux qui  en criant « Allah Akbar ! » proclament la mort pour seul objectif.

Françoise Cariès.

« Les putes voilées n’iront jamais au paradis »
Chahdortt Djavann (Grasset), 208 pages 18 euros

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Un livre bouleversant, terrible, passionnant, qu’il faut lire absolument, faire circuler,que toutes les femmes devraient lire dès le lycée pour appréhender ce qui se cache derrière le rigorisme religieux dans certains pays, je ne pense pas que l’Iran seul ait le privilège de cette barbarie…
    Merci Madame Djavann !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail