“Nuit Debout” persiste et signe

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

nuit debout orléans


Cela fait maintenant plus de 50 jours ou plutôt 50 soirs que Place du Martroi et maintenant Place De Gaulle des ‘’Prudences, Candides, Camilles et autres Claudes’’ s’assemblent souvent contre vent et pluie vu le temps de ce printemps, des fois une petite douzaine d’autres fois vingt, trente ou plus vers 19h jusque vers les minuits.

Ils commencent leur ré-union par des échanges, des réflexions, le partage d’idées, le tout dans un réel respect de la parole de chacun (un code gestuel exprimant l’accord, le désaccord, l’ennui, la demande de parole évite que ce soit les « grandes gueules » qui monopolisent). Puis de petits groupes se forment pour réfléchir sur des thèmes dont le dénominateur commun est la recherche, l’invention de propositions visant à changer la façon dont la société humaine s’organise pour tous vivre mieux.

Au bout d’une heure ou plus chaque groupe partage le fruit de son travail avec les autres, la discussion enrichissant les propositions faites, quelqu’un se chargeant de réunir ces contributions et de les faire paraître sur la toile (wiki.nuitdebout.FR et suivre ou taper : Nuit debout-Orléans).

A la différence de mouvements de mobilisation émanant d’organisations politiques habituelles (partis, syndicats, associations) qui ont pour premier objectif de créer un rapport de force avec le pouvoir, Nuit Debout semble plus chercher à occuper un espace public pour que la parole, la réflexion de tous soit possible. Cela peut être vu comme une remise en ordre des priorités : avant de vouloir faire, d’abord être ce que nous sommes, des terriens qui ont des besoins : un espace, de quoi se nourrir et se soigner : ce que concrètement vivent les gens de Nuit Debout en s’installant sur une place , en préparant de la soupe (avec des invendus des marchés et commerces) et en se respectant les uns les autres et des terriens qui ont aussi des désirs : se cultiver, créer, s’amuser (vient de muser : rester le museau en l’air, réfléchir) ce qui est leur activité principale dans les ateliers et les assemblées..

D’où l’impression que ces rassemblements ne sont pas « sérieux » parce qu’ils ne correspondent pas aux habitudes militantes et qu’en même temps ils génèrent des idées puissantes, une sympathie réciproque, des prises de conscience et des possibilités dans un espace public donc commun, où n’importe quel passant peut s’arrêter et se joindre au ‘’ mouvement sur place’’.

L’avenir de Nuit Debout à Orléans comme dans une centaine de villes ? A vous , à nous d’aller voir.

FT

https://nuitdebout.fr/

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail