Quelle mouche a donc piqué Jean Pierre Sueur ?

Par deux fois ces derniers jours la façon dont notre sénateur, exemplaire de par sa durabilité et sa perspicacité, a participé à des votes au Sénat, amène des interrogations sur son esprit critique. Tout d’abord il s’est abstenu lors du vote visant à approuver l’interdiction des insecticides néonicotinoïdiens autrement dit « tueurs d’abeilles » puisqu’ils détruisent le cerveau des insectes sans distinction d’espèces. 

SueurSerait-ce parce que M. Beulin, notre ‘’petit’’ paysan beauceron, président de la FNSEA, et très riche dirigeant de multiples usines agroalimentaires explique que tant qu’il n’y a pas d’alternative on est bien obligé d’employer des produits qui tuent les abeilles ? Serait-ce que M. le sénateur a trouvé ce type de raisonnement convaincant ? Ce serait consternant !

Dommage que ces petites bêtes ne lisent pas les journaux car elles seraient, j’en suis sûr, venues lui faire une piqûre de rappel : sans abeilles pas de pollinisation, donc pas de fécondation des fleurs, et au bout du tunnel plus de ‘’vrais végétaux’’ mais des ersatz trafiqués à base de produits chimiques, de pesticides, de manipulations génétiques. Jean-Pierre Sueur, j’en suis sûr, ne veut pas participer à l’empoisonnement de la planète et de ses locataires alors pourquoi s’est-il abstenu ?
S’est-il trompé de bouton ?
En interdisant d’interdire ces produits criminogènes serait-il devenu un “séna-tueur” d’abeilles ?

Ensuite il a voté en faveur de l’enfouissement à 600m de profondeur (à Bure) de déchets hautement radioactifs et à très longue durée de vie dans une zone rocheuse instable (un écroulement récent a causé la mort d’un terrassier), et à une profondeur où ont été repérées des ressources géothermiques ce qui selon la loi empêche tout enfouissement de produits dangereux.

C’est déjà accepter des risques graves mais de plus dans ce vote il n’est plus exigé de la CIGEO, l’entreprise chargée de ce chantier et du stockage de prévoir la réversibilité, c’est-à-dire la possibilité de ressortir les déchets soit parce qu’on aura inventé de nouvelles techniques plus intelligentes que le rejet en mer ou l’envoi sur la lune ou l’enterrement soit en cas d’accident nucléaire souterrain : un Fuku- Tcherno se mettant à exploser et cherchant une issue vers la surface sans qu’on puisse intervenir pour limiter les dégâts. C’est alarmant ! Et le sénateur Sueur a voté pour cette cocotte minute nucléaire bien cachée au creux de la terre.

Une seule explication pour tous ces errements : il a été piqué par une mouche Tsétsé qui l’a plongé dans une sorte de léthargie, il est parti à la dérive sur le fleuve Léthé dont les eaux murmurantes incitent à l’oubli selon la mythologie grecque.

Mais où va le monde si un sénateur s’égare ainsi? Il est de notre devoir de le réveiller et de l’aiguillonner (avec un dard d’abeille si nécessaire).

FT

http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/senat-toujours-contre-gouvernement-enfin-l-interdiction-des-pesticides-neonicotinoides

Afficher les commentaires