“Julieta”, mémoire coupable

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Le film débute par un très lent traveling sur le drapé d’un tissu rouge nous découvrant une statuette soigneusement emballée, petit fétiche au phallus castré, objet hitchcockien qui réapparaitra plusieurs fois dans le film, rythmant la fatalité tragique du récit. Car c’est tout le génie d’Almodovar de construire une narration où les événements qui se produisent dans la vie de Julieta sont toujours marqués du doute intérieur de la culpabilité, créant une tension dramatique qui transcende le hasard en destin.

julieta

“Tu emplis ma vie autant que tu la détruis”

Grâce à un scenario très maitrisé, le film nous raconte donc la vie de Julieta par une série d’aller et retour entre deux périodes de sa vie, interprétées par deux actrices (Emma Suarez et Adriana Ugarte), parfaitement “raccord” dans cet exercice de mise en scène et de direction d’actrices pour le moins difficile, qui aurait sans doute mérité une mention à Cannes pour la subtile création de ce personnage formée de deux actrices. Almodóvar déploie ici tout son génie du récit filmé, passant d’une époque à l’autre avec une virtuosité virevoltante, utilisant dans sa progression des personnages secondaires qui gardent une part de leur mystère et où les péripéties s’enchainent dans une parfaite convergence vers une scène finale, qui laissera ouverte la réflexion du spectateur sur la vie de Julieta.

Au travers de cette lancinante blessure de la mémoire, Almodovar nous offre ainsi le magnifique portrait d’une femme et d’une mère, dont l’étrange destin finit par nous envouter par la magie de son désespoir rédempteur.

Gérard Poitou

Julieta, un film de Pedro Almodóvar, 1 h 39. Avec Emma Suarez, Adriana Ugarte, Daniel Grao, Dario Grandinetti, Rossy de Palma

Sélection officielle, en compétition au Festival de Cannes 2016

 

 

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Les drames succédant aux drames, sans permettre au spectateur de respirer, ni d’approfondir la psychologie des êtres, ce n’est pas le meilleur Almodovar, et de loin.
    Le jury ne s’y est pas trompé en le renvoyant bredouille. C’est peut-être la seule bonne décision du jury.
    Il paraît que c’est un fiasco en Espagne, sans doute en rapport avec le scandale Panama Papers dans lequel Almodovar est enfoncé jusqu’au cou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail