Bras de fer gouvernement-CGT : la tension est montée d’un cran

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Jusqu’où ira le bras de fer entre le gouvernement et la CGT ? Entamé  à la suite de l’adoption de la loi  Travail à l’Assemblée par la procédure 49.3 il est entré dans une phase critique. Chaque camp demeure ferme sur ses positions et durcit le ton. Le gouvernement jure qu’il ne retirera pas le texte, qu’il portera « sa loi jusqu’au bout ». 

manifestation Orléans

Manifestation à Orléans contre la Loi Travail

La CGT exige le retrait de celui-ci et  son secrétaire général, Philippe Martinez appelle à la grève généralisée. Raffineries en panne, dépôts d’essence bloqués, menaces de pénurie d’essence bien que le gouvernement dise le contraire. Le climat social est lourd et le jeu dangereux. Chaque  parti bombe le torse pour impressionner l’autre. Le gouvernement joue l’usure et la CGT son va-tout.

La tension est montée d’un cran ce mardi  après l’intervention des forces de l’ordre pour débloquer le dépôt  pétrolier  et la raffinerie Exxon Mobil de Fos-sur-Mer dans les Bouches-du Rhône Emmanuel Lépine, secrétaire fédéral CGT de la branche pétrole a aussitôt annoncé que les salariés des raffineries d’Exxon Mobil de Fos-sur-Mer et de  Notre-Dame-de-Gravanchon (Seine Maritime) avaient voté la grève en réaction à cette intervention effectuée .avec « un usage inacceptable de la violence. On nous traite comme des terroristes alors que nous sommes des travailleurs ».

Manuel Valls

Manuel Valls

De son côté le gouvernement a multiplié les tacles. Manuel Valls a  traité la CGT de « syndicat dans l’impasse qui prend en otage l’économie du pays » et François Hollande dénoncé « un blocage décidé par une minorité ». Le PDG de Total, Patrick Pouyanné a lui parlé de « rupture de pacte entre le groupe et ses employés. Cela va nous conduire à réviser sérieusement les plans que nous avons d’investissements dans l’ensemble des sites » .

A l’Assemblée, les leaders de droite en ont profité pour ironiser sur « l’exécutif qui dit qu’il n’y aura pas de retrait ? C’est ce qu’on dit jusqu’au jour où on lâche », a affirmé le patron du groupe LR, Christian Jacob, faisant référence à la promulgation de la loi sur le CPE immédiatement suspendue par Jacques Chirac.

Situation à risque

Myriam El Khomri

Myriam El Khomri

La situation est pourtant  difficilement comparable.  La mobilisation de la rue est loin d’atteindre ce qu’elle fut pour le CPE ou pour la réforme des retraites du gouvernement Fillon. Ensuite, la contestation se manifeste sur fond de division syndicale. La CFDT, après avoir émis de sévères critiques, estime qu’elle a obtenu des amendements suffisants et que le texte El Khomri comporte des avancées significatives justifiant son adhésion: création du compte personnel d’activité (CPA) et mandatement syndical dans les petites entreprises  en dépit de l’opposition du Medef.

Enfin l’opinion heurtée par les violences à répétitions qui émaillent les cortèges dans les différentes villes et en particulier les usagers qui craignent un blocage général se montrent hostiles  à ce jusqu’au-boutisme qui n’a pas l’assurance de réussir et de l’emporter. Certes la CGT veut rassurer ses militants en montrant ses muscles mais est-ce la bonne stratégie ?   Cette levée  de boucliers  peut  se révéler néfaste pour le pays et pour  la centrale de Montreuil

F.C.

Mouvements annoncés

SNCF: trafic perturbé ce mercredi et jeudi avec 3 TGV sur 4, 4RER sur 5 en région parisienne et en province, 2 TER sur 3 et 6 intercités sur 10

Manifestation : Les opposants battront le pavé jeudi à l’appel de l’intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU-Unef-Fidl-UNL jeudi

Aviation : grève à Orly jeudi La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a recommandé mardi aux compagnies de “réduire leur programme de vol de 15% , en raison d’un préavis de la CGT contre le projet de loi travail.

Amazon : les salariés des entrepôts feront grève demain avec des revendications salariales mais aussi contre la loi Travail

Ports et Sdocks: prolonge son mouvement de 24 heures, jusqu’à vendredi « en réponse à la répression »

RATP : Grève illimitée à partir du 2 juin pour demander la réouverture des négociations salariales annuelles et  le retrait du projet de loi Travail

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Comment imaginer une négociation quand le Président de la République et le Premier Ministre déclarent qu’ils ne cederont en aucun cas, qu’ils porteront cette loi jusqu’au bout et qu’elle est non négociable ?
    Qui sont les jusqu’au boutistes, les provocateurs ?
    Et passer en force par le 49-3, n’est-ce pas fermer la porte à toute discussion, y compris avec les députés, représentants démocratiquement élus du peuple Français ?
    Mais bien sûr, ce sont les syndicalistes qui sont accusés de “prendre le pays en otage” ! Tiens, je croyais que c’était le vocabulaire habituel de la droite ! On dérive à la tête de l’Etat !

  2. Même si c’est la CGT qui est la plus visible dans les luttes actuelles, ils ne sont pas seuls. Il y a d’autres syndicats dans les manifestations et actions de terrain.
    Pourquoi faire croire qu’ils sont seuls à s’opposer à ce projet de loi scélérat ?

  3. Oui c’est de la manipulation ! c’est vraiment lamentable (et malheureusement ça peut marcher !)Il faut vraiment combattre tout ça!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail