Chaumont-sur-Loire : la SNCF roule pour les jardins

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Depuis plusieurs années, la SNCF est partenaire du Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire. Ce vendredi Yvon Borri, Directeur Régional Mobilités SNCF Région Centre-Val de Loire et Chantal Colleu-Dumond, Directrice du Domaine de Chaumont sur Loire, renouvelleront de partenariat au sein des jardins.

La fôret alimentaire ©Eric Sander

La forêt alimentaire ©Eric Sander

La 25éme édition du Festival International des jardins se déroule jusqu’au 1er novembre et se consacre aux « Jardins du siècle à venir ».  Le festival offre des espaces d’innovation, de réflexion et d’expérimentation. Les jardiniers y puisent à la fois dans leurs ressources naturelles mais aussi dans les disciplines scientifiques et/ou techniques telles la permaculture, la transgénèse, l’aquaponie, les fermes verticales… autant de sujets qui enrichissent cet univers bucolique.

Dans le cadre de sa démarche de mécénat culturel, SNCF Mobilités Région Centre-Val de Loire soutient financièrement la réalisation de ce festival en parrainant particulièrement une œuvre paysagère intitulée : « La forêt alimentaire ». Ce jardin est conçu par des architectes paysagistes Italiens qui proposent un inventaire de la biodiversité pour contrer les effets de la monoculture.

JARDIN 24 – LA FORÊT ALIMENTAIRE

Pour les concepteurs de ce jardin, il est évident que les forêts elles-mêmes sont synonymes de biodiversité et de fertilité. Ce projet établit une relation entre le jardin, la forêt et la permaculture. La permaculture est un ensemble de pratiques et de modes de pensée visant à créer une production agricole soutenable, très économe en énergie et respectueuse des êtres vivants et de leurs relations réciproques. Le système de culture de la forêt alimentaire est complètement opposé à la monoculture qui domine actuellement notre production alimentaire.
Elle opère sur différentes strates où chaque espèce est choisie pour avoir de nombreux usages, notamment comestibles.

Les conceptrices

Bijaya Silvestri et Debora Mondella, architectes-paysagistes

Photo de Groupe

Bijaya Silvestri est une jeune architecte paysagiste italienne. Elle a acquis ses premières expériences professionnelles en parallèle de ses études à l’université La Sapienza de Rome (Italie). Elle a effectué une partie de ses études à l’université d’Évora (Portugal), a participé à plusieurs études architecturales, à plusieurs concours et ateliers nationaux et internationaux et a parfois gagné de prestigieuses récompenses. Ces dernières années, elle a eu l’occasion de participer à des études architecturales internationales et à des projets pour l’Union européenne et l’UNESCO, au sein d’équipes multiethniques aux orientations et influences socio-culturelles variées. Forte de ces expériences, elle a pu mener des recherches personnelles sur l’architecture du paysage dans le monde, mais elle s’est également construit un important réseau national et international. Elle travaille aujourd’hui comme indépendante et collabore à la fois avec des administrations publiques et des clients privés, dans différents pays de l’Union européenne. Quant à ses projets, son objectif principal est d’allier avec harmonie l’activité humaine à l’environnement naturel grâce à la conception et à l’aménagement.

Debora Mondella est née en 1986, en Italie. En juillet 2012, elle a obtenu un diplôme en architecture du paysage, à l’université La Sapienza de Rome. Au cours de ses études, elle a travaillé dans une agence d’architecture et a collaboré avec des établissements publics. Elle a ainsi développé des compétences en administration publique, notamment en conception et en aménagement urbain, territorial et environnemental. En 2013, elle a effectué un stage au département de la protection environnementale de la ville de Rome, dans le cadre d’un projet visant à contrôler et à aménager la circulation des vélos à Rome. Elle travaille aujourd’hui comme indépendante et collabore avec des architectes pour la conception et la construction de parcs, de jardins et d’espaces verts, pour la réhabilitation environnementale de sites abandonnés et dégradés, et pour la restauration et la conservation de jardins historiques. Debora continue de se former en participant à des ateliers de groupe, à des séminaires, à des formations techniques et à des conférences sur l’architecture, les paysages et l’environnement.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail