“Belle d’hier”, l’eau et le froid

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

La Scène Nationale d’Orléans nous a habitués depuis quelques années à l’innovation en matière de spectacle vivant en programmant ces toujours surprenantes Soirées Performance, et le spectacle “Belle d’hier” proposé par la compagnie Non Nova ce jeudi soir, apparait comme l’aboutissement, la forme achevée, d’un puissant travail créatif dans l’exploration de ces formes nouvelles de mise en scène, spectacle à la fois expérimental et totalement maitrisé.

 © Jean-Luc Beaujault

© Jean-Luc Beaujault

Illustration du mythe du Prince Charmant inculqué aux petites filles (et aux petits garçons) dès leur plus jeune age, ce spectacle proprement inclassable, se déploie en trois tableaux scéniques destinés à décaper ces vieux poncifs. Et tout commence par le froid, dans une sorte de glaciation picturale, où dans un ballet rigoureux sont sorties de chambres froides vomissant leur vapeur glaciale, un peuple de sorcières gelées, dont les capuches rendent les visages absents, et auxquelles le lent dégel redonne une forme de vie, créant une étrange tension temporelle avec l’attente par le spectateur de l’effondrement de ces grandes icônes, dans d’improbables postures désarticulées.

 © Jean-Luc Beaujault

© Jean-Luc Beaujault

Et puis vient la grande lessive où nos cinq ouvriers du froid deviennent,  dans un étonnant transformisme qui les conduira jusqu’à la nudité finale, cinq pimpantes jeunes filles en jupettes, des “rageuses” comme les qualifie Phia Ménard la metteuse en scène, rageuses qui se lancent dans un travail d’une énergisante chorégraphie, mêlant danse et jonglerie sur une bande son envoutante, travail époustouflant qui va consister à laver, sécher et accrocher ces loques de tissu que sont devenues nos fantasmagoriques sorcières du début. Sarabande échevelée qui s’achèvera dans le feu d’un ultime tableau final, tout droit sorti d’une peinture symboliste…

 © Jean-Luc Beaujault

© Jean-Luc Beaujault

Un spectacle stupéfiant, où la maitrise technique confine à la magie sensorielle du public.

Gérard Poitou

“Belle d’hier” par la compagnie Non Nova
Mise en scène Phia Ménard avec Isabelle Bats, Cécile Cozzolino, Géraldine Pochon, Marlène Rostaing, Jeanne Vallauri

Jeudi 26 mai 2016
Scène Nationale d’Orléans

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail