Sale temps (aussi) pour les oiseaux et leurs petits !

 

Il n’y a pas que les populations qui souffrent des intempéries, la nature aussi ! Face à ces derniers jours de pluie intense et discontinue, de nombreuses espèces d’oiseaux ont la vie dure et beaucoup de nichées, fragilisées, succombent malheureusement.

 Passereaux ©wikipedia

Passereaux ©wikipedia

À commencer par les passereaux : « Non seulement les nids, posés près du sol dans des hautes herbes, dans des haies ou des buissons, sont mouillés, mais les insectes manquent aussi, se cachant et se terrant. Du coup, mésanges, pouillots, fauvettes, pinsons, hirondelles, martinets et bien d’autres encore éprouvent de grandes difficultés à s’alimenter et à nourrir leurs jeunes qui meurent de faim et de froid », explique Marie des Neiges de Bellefroid, chargée d’études et de projets à Loiret Nature Environnement.

Si certains nids sont par ailleurs protégés de la pluie par la forêt ou des cavités, d’autres sont très exposés comme celui des emblématiques balbuzards pêcheurs situés tout au sommet des pins sans aucune protection. « Les balbuzards sont détrempés. La mère reste couver sous la pluie battante. Beaucoup d’oisillons, qui n’ont qu’une à deux semaines, se refroidissent et finissent par mourir de froid et de faim : le mâle, qui pêche en Loire notamment, a du mal à trouver du poisson dans une eau turbide ». Un vrai désastre pour cette espèce protégée : « Dans les 18 nids suivis dans le massif de Lorris en forêt d’Orléans, trois nichées sont en échec sans oublier celui installé en haut du pylone de RTE (cf. article ‘Pompili dans le nid du Balbuzard’) en Sologne dans le Loir et Cher », conclue Marie des Neiges de Bellefroid, spécialiste du balbuzard saluant ces « oiseaux courageux »…

Estelle Boutheloup






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail