Horticulture: toute une saison qui tombe à l’eau

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Pas rassurant l’agriculteur qui a lancé jeudi après-midi, « sur l’ouest du département du côté de Beaugency, Lailly-en-Val, ça monte encore, le pire va arriver ». C’était à Tigy au cœur de l’exploitation dévasté d’un pépiniériste. ?

IMG_7056Il fallait avoir chaussé les bottes et affrété le 4/4, pour suivre le préfet  qui a visité jeudi quatre exploitations, cornaqué par le président de la FDSEA   (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles), sa directrice de la DDT, Simone Saillant et des représentants des filières., ainsi que le député du secteur, « Je suis venu parmi vous  pour bien montrer qu’on oublie pas nos agriculteurs » leur a dit Nacer Meddah.

« Deux jours sous l’eau, ces plantes sont foutues » commente Patrice Beaudu, ce pépiniériste de Tigy en plein val et dont une cinquantaine d’hectares sont inondés. Il chiffre les pertes, toute la production de l’été en lavande sa spécialité tombée à l’eau, à 400 000€. Sur les deux exploitations, 25 personnes sont au chômage technique et les remises en culture coûteront au moins 150 000€ avec toutes les réparations. « La saison est terminée ». Sans compter les conséquences phytosanitaires.

Pas seulement le court terme

champs

Chez un céréalier de Sandillon.

Combien d’horticulteurs ont été sinistrés par cette calamité agricole ? Impossible à dire pour l’heure. La filière qui fournit des millions de « jardiniers » amateurs d’île-de-France, c’est 300 entreprises et 2 500 emplois en Loiret, explique Jean-Michel Fortin, le président lui-même horticulteur à Saint-Jean-le-Blanc près d’Orléans. « Il va falloir racheter des végétaux, tout remettre en culture » explique Patrice Beaudu. Pour Nacer Meddah le préfet qui écoute, compatit et note, « il faut d’abord une bonne estimation des dégâts et ne pas voir que le court terme ».

Pour le nouveau secrétaire départemental de la FDSEA, Cédric Benoit, « on partait déjà d’une situation économique délicate et les intempéries frappent les secteurs les plus fragiles. Tout le Loiret est impacté ». Ce sont les éleveurs du côté de Lorris, Bellegarde, les horticulteurs dans le Val, mais aussi les céréaliers en Beauce et ailleurs. Pour le patron de la FDSEA, « la pérennité de certaines exploitation est en cause. 28% sont dans le rouge et 30% dans l’orange, y compris des céréaliers » dit Cédric Benoit. « Les asperges, les pommes de terre, tout est pourri, c’est un spectacle de désolation »  constate-t-il. Ainsi ce céréalier de Sandillon, Vincent Boin, près d’Orléans dont 120 hectares sur 350 sont sous l’eau.

Des champs de céréales sous l'"eau dans le Sullias.

Des champs de céréales sous l'”eau dans le Sullias.

 

Concertation mardi

Les agriculteurs expliquent leur situation au préfet.

Les agriculteurs expliquent leur situation au préfet.

Comment les agriculteurs vont-ils être indemnisés des dégâts. Chez les horticulteurs, Il semble que seules production dans les  serres et pas sous les « chapelles » (les tunnels), soient prises en compte. Encore faut-il être assuré. « Souvent ils n’en n’ont plus les moyens » dit Cédric Benoit. Quels sont les facilités qui seront octroyées par les pouvoirs publics pour passer ce cap très périlleux pour les entreprises?

Une réunion entre les horticulteurs, les services de l’état, la MSA, la FDSEA, aura lieu mardi pour une première concertation et des mesures d’urgence.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail