Hommage à Gaudier Brzeska: en avant la musique !

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Commande de la mairie de Saint Jean de Braye pour le centième anniversaire de la mort de l’artiste, cet hommage musical à Henri Gaudier-Brzeska proposé par Eric Amrofel et Jérôme Marin ce 5 juin, jour anniversaire de sa mort, au Musée des Beaux Arts d’Orléans, fut un concert pas vraiment comme les autres, avec cette évocation forte et émouvante d’un homme trop tôt disparu.

marin amrofel

Ce portrait-hommage de l’artiste, sous la forme d’un kaléidoscope de chansons anciennes ou plus contemporaines, d’Aragon à Etienne Daho en passant par Serge Gainsbourg, entrecoupé de lecture d’extraits de textes d’Henri Gaudier-Brzeska, donne à découvrir l’être humain au delà de l’œuvre plastique, dans sa richesse cosmopolite et sa complexité intime. Ce parcours en textes et chansons résonne, forme une correspondance avec l’itinéraire de l’artiste voyageur avec en point d’orgue, cette évocation de l’Angleterre par un extrait magnifique d’intensité du “King Arthur” d’Henry Purcell.
Et puis, plus biographique, il y a ce clin d’œil à sa vie conjugale compliquée, avec la chanson “Henri, t’es pas gentil”, et ces extraits écrits par Gaudier-Brzeska, illustrant sa conviction libertaire qui nous rappelle la fragilité de la civilisation humaine, avec “les chimpanzés”, ou sa lettre de 1910 qui déjà refuse “le devoir de patrie”, qui le conduira à déserter à Londres avant de rejoindre l’armée en septembre 1914.

Car contrairement à beaucoup de commémorations de ce qu’il est convenu d’appeler la Grande Guerre, ce concert-hommage nous rappelle que tous n’acceptaient pas la fatalité dictée par ces états-majors va-t-en guerre. On ne pleurera jamais assez les pertes humaines de cette guerre qui n’eut d’utilité que de préparer la suivante, et il suffit de passer dans la petite salle du musée consacrée à l’artiste pour mesurer la perte inestimable de ce “Rimbaud” des arts plastiques, devenu “dormeur du val”, un 5 juin 1915, à 24 ans.

Gérard Poitou

Hommage à Henri Gaudier-Brzeska
par la Compagnie de l’Eau qui dort de et avec Eric Amrofel et Jérôme Marin

Musée des Beaux Arts 1 rue Fernand Rabier 45000 Orléans

Henri Gaudier-Brzeska sculptant "Chef hiératique d'Ezra Pound" (1914)

Henri Gaudier-Brzeska sculptant “Chef hiératique d’Ezra Pound” (1914)

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail