Jean-Philippe Grand sur le Lab’O: et l’amiante de Serge Grouard…?

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Par Jean-Philippe Grand

Nous sommes sûrs que des pépites de l’économie numérique émergeront de ce beau bâtiment qui a bien failli disparaître corps et âme. Serge Grouard nous expliquait en son temps, que ce qui allait devenir le LAB’O aujourd’hui, était rempli d’amiante et qu’il fallait des millions d’euros afin de le rénover. Nos jeunes entrepreneurs ne courent bien évidemment aucun risque car monsieur Grouard ne cherchait qu’à justifier la démolition de ce bâtiment historique qui fera autrement rayonner Orléans qu’une ARENA .

IMG_7685

Comme quoi on peut dire tout et son contraire pour justifier la démolition d’un bâtiment et compter sur l’oubli pour affirmer aujourd’hui, que le LAB’O a trouvé son écrin.

Il ne faut pas oublier le fait que nous nous sommes mobilisés dès le départ avec l’association «  les amis de Jean Tschumi » afin d’ empêcher cette démolition . Ce qui démontre, une fois encore, que nous avons une vision pour Orléans qui respecte le passé tout en préparant l’avenir .

L’investissement global pour l’Agglo dépasse les 15 millions d’euros en comptant le rachat du bâtiment Famar à la ville d’Orléans . 

Accueillir quelques entreprises est une chose, faire vivre et permettre à un endroit de fourmiller d’idées, d’initiatives en est une autre. Il s’agit maintenant d’avoir une vision pour que ce lieu  devienne le moteur de l’économie numérique d’Orléans et l’agglomération.

Quelle gouvernance?

Jean-Philippe Grand

Jean-Philippe Grand.

Nous sommes en droit de poser quelques questions quant à la gouvernance du LAB’O . Quels partenariats l’Agglo a t’elle liés avec les autres institutions à compétence économique comme le Conseil Départemental ou la Région …? Et y a t’il une structure d’animation qui fédère et fait converger les moyens financiers de chacun ? 

Quels dispositifs sont mis en place par l’Agglo, pilote officiel de ce projet, en terme d’accompagnement juridique, administratif, financier des start-up hébergées ?

De façon plus large, y a t’il quelque part un comité d’éthique qui flèche l’aide publique sur un contenu socialement supportable ? Fort du débat autour de l’ubérisation de l’économie ou la mise sous licence du vivant, tout n’est peut être pas souhaitable … L’argent public n’a pas pour vocation de favoriser des dispositifs propres à détruire les liens qui nous permettent de faire société !

Nous ne nous contentons pas de questionner mais nous sommes force de propositions comme, par exemple, que tous les acteurs soient intégrés pour une totale réussite de ce lieu. Des synergies avec les associations comme le 108, l’ESAD… sont à mettre en oeuvre. Les leaders de l’économie numérique locale comme Pentalog doivent pouvoir également apporter leur expérience et compétence au LAB’O.

Le LAB’O doit vivre et être une réussite pour les orléanais et tous les habitants de l’agglomération . Nous sommes prêts à apporter nos idées à ce projet qui doit être un des moteurs de notre économie locale pour les décennies à venir .

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Qui veut tuer son chien dit qu’il a la rage …….

    Ce qui n’empêche pas les questions pertinentes sur la gouvernance du Labo,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail