Bonne pioche pour le Musée des Beaux Arts d’Orléans

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Le Musée d’Orléans acquiert un portrait d’Aignan-Thomas Desfriches

Portrait de Aignan-Thomas Desfriches par Jean Baptiste Perroneau Pastel Muséee des Beaux Arts d'Orléans

Portrait de Aignan-Thomas Desfriches par Jean Baptiste Perronneau Pastel Muséee des Beaux Arts d’Orléans

Le musée des Beaux Arts a préempté ce mercredi 8 juin à l’Hotel Drouot le Portrait d’Aignan-Thomas Desfriches réalisé par Jean Baptiste Perronneau, acquisition qualifiée “d’historique” par la directrice du musée, Olivia Voisin.

Communiqué

L’acquisition du portrait d’Aignan-Thomas Desfriches réalisé par Jean-Baptiste Perronneau est un moment historique pour la ville d’Orléans qui voit entrer au musée des Beaux Arts le portrait de son fondateur. Resté dans la famille du modèle depuis sa réalisation en 1751, lors d’un séjour chez son ami et mécène à Orléans, ce pastel a conservé toute sa fraicheur et témoigne de la grande virtuosité du pastelliste dont ce portrait est sans doute l’une des plus grandes réussites.

Son pédigrée et son état exceptionnels, son exquise composition et l’aura du modèle ont conduit cette œuvre a réalisé un record de vente pour Perronneau et il a pu être préempté par le Musée des Beaux Arts d’Orléans pour la somme de 415.000 € (avec les frais) grâce au leg de Mme Guillaux et au fonds du patrimoine à hauteur de 288.000 €

Aignan-Thomas Desfriches, figure du rayonnement d’Orléans

Aignan-Thomas Desfriches synthétise à lui seul l’essor d’Orléans au XVIIIième siècle, tant sur le plan industriel que culturel. Fils de négociant et négociant lui-même, il fait fortune au milieu du siècle en fondant sa propre raffinerie de sucre, lançant une industrie qui perdure aujourd’hui localement après avoir fait la renommée d’Orléans dans les siècles passés.

Ce portrait d’une des plus grandes figures de la ville, artiste lui-même et fondateur de l’école de dessin et du musée sous la révolution, est une acquisition de tout premier ordre pour le musée des Beaux Arts d’Orléans. Il pourra rejoindre le fonds des pastels – le plus important de France après celui du Musée du Louvre- déjà riche en œuvres de Perronneau et dont il sera l’un des fleurons.

Musée des Beaux Arts d’Orléans 1 rue Fernand Rabier 45000 Orléans

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Aignan Thomas Desfriches est aussi la figure du rayonnement du commerce atlantique au 18e siècle. Il est associé à son frère Jean Joseph, capitaine de navires négriers, qui d’ailleurs lui ramena d’une de ses expéditions en Angola un “négrillon” prénommé Paul. ( voir le buste “le nègre Paul” , serviteur de Aignan Thomas Desfriches du sculpteur Pigalle au musée)
    Aignan Thomas et son frère envoient d’Orléans vers Nantes des marchandises aux négriers qui pratiquent la traite.
    Un autre frère Jean Aignan s’installe en 1759 sur une plantation à saint Domingue. En 1778 Aignan Thomas achète une raffinerie à Orléans, lors des débuts de la colonisation des Amériques et surtout lorsque la traite négrière atlantique est florissante au 18e. Le sucre est lié au système de culture de la plantation et à la traite des noirs.Orléans est le 1er centre de raffinage du sucre du royaume. La ville d’Orléans qui avait des liens puissants avec Nantes, pourrait profiter de cet achat et des fêtes de Loire pour s’interroger sur ses liens entretenus avec le monde atlantique du 17e au 19e et ainsi devenir la ville moteur des rives de Loire pour participer de la mémoire collective dans le sillage de Nantes . ( Lire La Loire et le commerce atlantique 17e 19e siècle. Les cahiers des anneaux de la mémoire )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail