Les enfants du Vel d’Hiv : Le paroxysme de la « solution finale » en France

Comment évoquer le terrible sort que subirent les familles arrêtées lors de la rafle du Vel d’Hiv, en juillet 1942, puis internées dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande où les enfants y furent cruellement séparés de leurs mères, puis déportés à Auschwitz d’où aucun ne revint.

Aucune photo connue n’existe de cet événement, qui fut “le paroxysme de la solution finale en France”, ainsi que le dit Serge Klarsfeld. Par ses dessins d’une grande puissance évocatrice, Gilles Rapaport raconte, sans mots et peut-être mieux que des mots ne pourraient le dire, cet événement insoutenable et en particulier la disparition de ces milliers d’enfants…

Ce sont ces dessins qui seront exposés au Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv, accompagnés de documents d’archives qui mettront en lumière l’organisation administrative et politique mise en place par les autorités allemandes et françaises.

En écho, les témoignages de rares rescapés accompagneront cette évocation, ainsi que les récits de ceux qui, de façon proche ou lointaine, en furent témoins (assistantes sociales, infirmières, etc. ). Inauguration le dimanche 25 juin à 15h


 

Adresse :

Cercil – Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv 45 rue du Bourdon Blanc 45000 Orléans

Dates :

Du dimanche 25 juin 2017 au dimanche 15 octobre 2017

14h – 18h du mardi au dimanche Fermeture le samedi Nocturne le mardi jusqu’à 20h

Tarif :

Gratuit

Renseignements complémentaires :

0238420391
http://www.cercil.fr/







Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail