L’industrie du raffinage du sucre et la vente des biens nationaux à Orléans: une aubaine pour les raffineurs

Par Gaëlle Caillet Doctorante en archéologie à l’Université Paris 1

La vente d’édifices religieux au titre des biens nationaux au cours de la période révolutionnaire a placé sur le marché immobilier d’Orléans un certain nombre de bâtiments aux volumes considérables et aux prix d’achat attractifs. Certains négociants-raffineurs ont profité de cette aubaine pour agrandir leurs manufactures tandis que d’autres entrepreneurs ont décidé de se reconvertir dans la production de sucre raffiné et ce malgré un contexte peu favorable à cette activité en raison d’une pénurie généralisée de matières premières.

Après avoir présenté les sources archivistiques et études mettant en lumière les transformations subies par les édifices religieux à des fins de production nous étudierons plus précisément les modifications et aménagements réalisés par les entrepreneurs. Nous verrons ainsi comment la présence de ces nouveaux centres de raffinage permet de relativiser la prétendue ruine du monde du négoce et la fuite des capitaux d’origine commerciale vers la rente.


Adresse :

Salle des Thèses 2 rue Pothier 45000 Orléans

Date :

Le vendredi 11 janvier 2019

18h

Tarif :

Gratuit

Renseignements complémentaires :

http://www.saho.fr/