Phuphuma love minius – Chants a capella de la culture zouloue

PHUPHUMA LOVE MINIUS CHANTS A CAPELLA DE LA CULTURE ZOULOUE

Ils sont alignés, vêtus d’un costume noir, d’une chemise blanche, d’une cravate et de gants noir et blanc, de chaussures impeccablement cirées ; que des hommes !

Le soliste s’avance, lance un appel auquel le chœur répond, les voix et les registres (basse, ténor, alto, soprano) se superposent. Pas d’accompagnement musical, le rythme est marqué avec les mains et les pieds (ils dansent donc). Lent ou rapide, toujours puissant et envoûtant, le chant ne se départit jamais vraiment d’une certaine solennité, ni d’une certaine douceur.

Créé en 2002 et repéré par la chorégraphe Robyn Orlin, Phuphuma Love Minus est un ensemble d’isicathamiya, un genre musical sud-africain dont le nom est dérivé d’un verbe qui signifie « marcher à pas feutrés ». C’est la musique de l’exode rural des zoulous vers les grandes villes. Elle est née au début du XXe siècle et mêle chants traditionnels, influences des tournées de variété américaine qui se produisirent en Afrique anglophone dans la seconde moitié du XIXe siècle, et chœurs d’église. Comme dans toutes les musiques populaires, on y parle d’amour et de la rudesse de la vie.

Si le public occidental connaît peu le terme « isicathamiya », il en connaît souvent le son, à travers Homeless, grand succès de Paul Simon et, avant cela encore, à travers la chanson Le Lion est mort ce soir, dont la version originale a été enregistrée en 1939 à Johannesburg.


 

Adresse :

La Halle aux grains – scène nationale de Blois, 2 place Jean Jaurès 41000 BLOIS

Date :

Le mardi 13 février 2018

20h30

Tarif :

TARIFS : de 20€ à 14€ – 10€/8€ (- 27 ans) / À VOIR EN FAMILLE

Renseignements complémentaires :

0254904400
www.halleauxgrains.com







Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail