Les RAMI, le Nuage est de retour

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Les RAMI 2015 avaient rendu un bel hommage au poète russe Maïakovski en proposant trois lectures de son grand poème “Le nuage en Pantalon”, et pour prolonger cette relation tutélaire, le programme de ce vendredi soir, proposait une nouvelle lecture de ce poème iconoclaste et radical, écrit il y a juste un siècle et dont Maïakovski dira : « Je le considère comme le catéchisme de l’art moderne : à bas votre amour, à bas votre art, à bas votre société, à bas votre religion – ce sont les quatre cris des quatre parties. »

Mais l’ouverture de la soirée était assurée par une étonnante pièce chorégraphique et sonore, intitulée Marsyas, pièce pour deux danseuses, un violoncelle et un guitariste, qui a visiblement ému le public présent, dont nous n’étions malheureusement pas…

“Vendredi, entre chien et loup. Deux jeunes femmes sont lovées autour d’un violoncelle. L’une d’elle joue sur la corde basse, un son continu s’élève et s’amplifie, doublé par une guitare jouée à l’archet par Richard Comte. Flora Gaudin et Marion Méthy, lentement, commencent à se mouvoir. Elles ne tiennent pas l’instrument et pourtant le trio jamais ne se défera.
Elles tendent les bras, l’archet au clair, prenant des poses de monuments. Elles regardent la lumière comme les statues soviétiques. Tout en restant dans une douceur paradoxale qui coince entre elles le violoncelle. Pour finir, elles sont allongées chacune à un bout de l’instrument. La fleur est éclose, la nuit est installée. Passage féerique du crépuscule.”

Bernard Cassat  O’Jazz

 

Marsyas Rami

“Marsyas” Flora Gaudin & Marion Rhéty photo Marie-Line Bonneau


Le retour du Nuage…

Ce fut donc ensuite une nouvelle lecture, cette fois sur scène du Nuage en Pantalon créée, dite, chantée et jouée par Florie Dufour accompagnée de deux musiciens émérites, Vincent Viala au piano et Jacques Trupin au bandonéon.

“Votre pensée,
qui rêvasse sur votre cervelle ramollie,
tel un laquais obèse sur sa banquette graisseuse,
je m’en vais l’agacer
d’une loque de mon cœur sanguinolent
et me repaître à vous persifler, insolent et caustique.”

Dans une belle image lors de son entrée en scène, le texte du poème se révolte contre la charmante et bien-propre-sur-elle récitante, voilà donc le poème éparpillé, déchiqueté, en bribes qui vont s’assembler dans une fausse lecture aléatoire du texte qu’accompagnent nos deux étranges musiciens légèrement déjantés. Et si l’on perd parfois en compréhension formelle du texte original, on retrouve là, l’esprit révolté et provocateur de ce poème incandescent.

Florie Dufour

Vincent Viala, Florie Dufour, Jacques Trupin, photo Marie-Line Bonneau


et de… Marcel Kanche

Quelle brillante idée du génial Gé, programmateur de ces RAMI que de faire revenir à Orléans le toujours aussi inclassable Marcel Kanche !

Jean-François Pauvros, Marcel Kanche, Bruno Tocanne photo Marie-Line Bonneau

Jean-François Pauvros, Marcel Kanche, Bruno Tocanne photo Marie-Line Bonneau

Accompagné d’un guitariste à l’inventivité débridée,  qui nous fait revisiter cet instrument dont on croyait tout connaitre, et d’un batteur curieusement détaché de ce qui se passe autour de lui, Marcel Kanche nous invite à une cérémonie poético-musicale, où la scansion verbale du “sacré” prend une soudaine dimension d’incantation liturgique. La prestation totalement extravagante du trio, dans une espèce d’art brut musical, nous rappelle la place de la folie, du lâcher-prise comme composante essentielle de la création artistique. L’humain est ainsi fait qu’au delà du savoir, de la maitrise artistique, l’émotion nait de la face cachée de nos sentiments.

Et ce n’est pas sans une pointe d’humour que Marcel Kanche nous rend à nos incertitudes poétiques à la fin de cette étrange séquence initiatique…

Gérard Poitou

Les RAMI
du 19 au 23 octobre

Le programme

Tarif plein par soirée: 10 € Tarif réduit 5 €  Pass RAMI 4 soirées 20 €

Théâtre d’Orléans avenue Pierre Ségelle 45000 Orléans

http://www.scenenationaledorleans.fr/

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail