Marcel Gauchet renfort d’En Marche pour le « renouveau démocratique »

Le philosophe est venu à Orléans apporter ses solutions pour sauver et renouveler la démocratie représentative.

En Marche a tenté et réussi mercredi soir à La Source un pari : animer un débat présidentiel avec un intervenant non encarté, officiellement, parmi les soutiens officiels d’Emmanuel Macron. C’est ainsi que le grand philosophe de la démocratie, Marcel Gauchet, un temps considéré comme « néo-réac », comme « philosophe conservateur » voire comme « social-démocrate mou », est venu apporter sa vision des « dysfonctionnements et des frustrations nés de la démocratie représentative ». S’il n’est pas officiellement macroniste Marcel Gauchet n’en est pas moins prudent en ne prenant jamais à rebrousse poil les propositions présidentielles d’En Marche, allant même jusqu’à les soutenir… mais sans le dire.

Avant d’apporter des pistes de renouvellement alternatives à « la grande confusion du débat politique », le philosophe tient à dresser un diagnostic de la crise de la représentation, de la crise des partis et de la responsabilité politique

Une dose de démocratie directe

Que faire face à la crise de la représentation ? Élire moins de députés ? Marcel Gauchet y est favorable. Supprimer le Sénat ? Pas forcément pertinent. Élire une assemblée représentative de la société civile ? Marcel Gauchet pense que ne sera pas suffisant car la défiance vis-à-vis de cette démocratie vient plus du sentiment de non-prise en compte des problèmes « des gens » que de la composition sociologique d’une assemblée. Plutôt avare de solutions concrètes Marcel Gauchet prône une instillation de démocratie directe, avec le référendum bien sûr, mai aussi par d’autres dispositifs comme des «sondages délibératifs à partir de panels représentatifs.» Des solutions prudentes, plutôt éloignées des tenants d’une vraie démocratie participative.

Pour définir un « vrai programme de renouvellement politique » Marcel Gauchet veut remettre à plat la question des partis politiques. Loin d’appeler à faire table rase il rappelle que les partis remplissent « une fonction vitale dans une démocratie ». Même si les partis ne sont plus que « des machines électorales » et ne remplissent plus leurs « fonctions idéologiques » ils doivent retrouver leurs missions d’origine :  être des intermédiaires entre la base et le sommet, jouer un rôle d’information, de discussion et d’animation civique tout en formant et sélectionnant le monde politique.

Autre proposition de Marcel Gauchet et qui fait écho à Emmanuel Macron accusé d’être « d’accord avec tout le monde » : accepter des compromis à partir de diagnostics partagés, ce qui peut passer par la formation de coalitions politiques et ce qui doit mettre fin au « négativisme mortifère de notre culture politique qui est d’être contre tout en démolissant systématiquement les positions de l’autre ».

L’esclavagisme des médias

Marcel Gauchet avance d’autres pistes : « instituer un vrai lieu de délibération de la vie publique face à un Parlement qui ne l’est plus,, proposer le vote blanc plus que le vote obligatoire, instaurer une vraie transparence du lobbying, adopter des « lois intelligibles pour tous » et surtout « libérer les politiques des médias ». « Le monde politique s’est laissé dévorer par la communication médiatique, il va en mourir explique le philosophe , ce monde est enfermé dans l’esclavage des médias, il faut retrouver l’autonomie de manœuvre sinon, il y aura l’anémie et la destruction du processus démocratique ». Autant de pistes qui, pour Marcel Gauchet, doivent aboutir à un « printemps de la démocratie » autour d’un postulat : « gouverner ce n’est plus décider à la place des gens mais prendre des décisions dans lesquelles les gens se reconnaissent ».

Jean Jacques Talpin

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Le débat a été passionnant, le conférencier ayant cadré les grands sujets dans son exposé préliminaire. ‘avenir des partis politiques n’est pas remis en cause, une fois fait leur analyse critique. Par rapport aux défis qui attendent notre pays quels sont les éléments qui permettront une coalition de réalisation autour de projets: la santé, le travail, la libération de l’individu dans ses initiatives tout en assurant la sécurisation des parcours, la formation professionnelle…
    L’évaluation des politiques évoquées par le conférencier ne se fera que si la démarche préalable de recherches de consensus a été effectuée: le rôle des partis et leur prise en compte de la société civile.

    • Bonsoir,

      Une analyse que j’ai trouvé (personnellement) très intéressante sur l’évolution de la droite, mais j’estime qu’elle est tout à fait transposable aux partis politiques actuels:

      https://www.youtube.com/watch?v=8CIueW1O7Xw

      De bonnes conclusions à en tirer, et je pense que les français au besoin d’une nouvelle lecture de l’offre politique actuel, ayant de vrais opposés dans les débats de fond, simplement qu’à l’heure actuelle un seul parti propose réellement la sortie de l’U.E et de l’OTAN (ce qui me va très bien)… à méditer pour les personnages politiques actuels, pour une politique d’avenir.

  2. Marcel Gauchet explique l’impuissance du parlement par un asservissement au monde de la communication et des média.Il est surprenant cette impuissance n’ait pas été; au moins en partie, attribuée au rôle de la constitution de l’Union Européenne ( rejetée en 2005 par référendum) ainsi qu’aux GOPE ( grandes orientations de politiques économiques) édictées par la commission européenne. Explication qui justifie le FREXIT pour François Asselineau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *