Tours: la succession de Serge Babary tourne au grand bordel

Serge Babary, l’éphémère maire de Tours, n’avais pas organisé sa succession. La ville en paye aujourd’hui les pots cassés. Devant l’urgence d’avoir un candidat crédible à droite et au centre, il a mis sur pied cette primaire de jeudi qui a tourné à la palinodie.

Furieux d’avoir été battu sur le fil par Christophe Bouchet, alors qu’il partait favori, Xavier Dateu a finalement décidé de maintenir sa candidature mardi soir en conseil municipal à l’élection du maire. Xavier Dateu s’était pourtant engagé comme l’ensemble de la majorité à soutenir le candidat vainqueur de la primaire interne. « Christophe Bouchet est un candidat d’opportunité, je suis un candidat de personnalité. », a t-il déclaré devant la presse tourangelle”. 

Dateu le frondeur

Xavier Dateu. @37

Alors qu’on s’attendait à un Christophe Bouchet dans le rôle de l’homme qui joue le tout pour le tout, c’est Xavier Dateu qui se retrouve dans la peau du sécessionniste, du frondeur. Il suffit de lire la déclaration de Serge Babary envoyée à la presse lundi soir pour comprendre que le candidat officiel de la droite aujourd’hui est le Radical valoisien Christophe Bouchet. Soutenu par un maire LR contre un autre centriste Xavier Dateu (Nouveau centre). Allez comprendre!

Ce dernier explique qu’il y a deux camps dans la droite municipale tourangelle. Qui vont se mesurer mardi soir à 18h. Quel rôle jouera l’opposition de gauche? Misera t-elle sur le chaos avec 2020 (2021) en ligne de mire? Lundi midi, François Bonneau, le président de région se montrait préoccupé par cette  embrouillamini dans la gouvernance de la seconde métropole régionale.

Va t-on déboucher sur des démissions qui engendreraient de facto si elles sont en nombre une nouvelle élection municipale à Tours? Et par conséquent une nouvelle élection de la gouvernance à la métropole qui pourraient ébranler le trône de Philippe Briand.? Et aggraver encore, c’est dans le “dictionnaire de l’Académie française”, le bordel ambiant.

Ch.B

————————————————————–

Serge Babary: “heure n’est plus aux luttes d’égos

Serge Babary félicite un Tourangeau qui vient d’acquérir un livre rare sur St Martin, à ses côtés Christophe Bouchet.

“J’ai appris avec surprise et déception la déclaration de Xavier Dateu à
la presse par laquelle il fait part de sa candidature au poste de Maire
de Tours. Je rappelle que le processus de désignation du candidat de la
majorité a été adopté à l’issue d’un travail collaboratif et à l’unanimité
des membres du Groupe Tou(r)s Ensemble le 11 septembre.
Il a été mis en œuvre sous la houlette de Jacques Chevtchenko lors
d’une réunion qui s’est tenue le 12 octobre en Mairie. Son résultat
désignant Christophe Bouchet a été validé par l’ensemble des
participants à la réunion du groupe qui ont apposé leur signature sur
le registre d’émargement.
Je comprends bien sûr la déception que peut évidemment éprouver
un candidat malheureux face à un résultat qu’il n’escomptait pas.
Mais si je respecte les légitimes ambitions qui existent au sein du
Groupe Tou(r)s Ensemble comme au sein de chaque groupe
d’individus, je n’accepte pas une attitude qui revient à renier ses
engagements quand leur conséquence ne produit pas le résultat
attendu.
Cette situation m’incite à sortir de la neutralité que j’ai
respectée jusqu’à maintenant.
L’heure n’est plus aux luttes d’égos, il s’agit de désigner désormais le
Maire de Tours, une des grandes villes de notre pays, au cœur d’une
des 22 métropoles de la France, et qui doit faire face à des enjeux
majeurs pour son avenir.
L’intérêt général doit plus que jamais primer. L’intérêt de Tours
doit primer.
J’en appelle donc au sens des responsabilités de chaque membre du
Groupe Tou(r)s Ensemble pour soutenir Christophe Bouchet, le
candidat désigné par le scrutin pour porter les valeurs de notre
famille politique et poursuivre ensemble l’action engagée dans le sens
du redressement de notre Ville pour l’ensemble des habitants de
Tours et de la métropole.”
Serge Babary

 

 

 

 

Jeudi soir, au terme d’une réunion exceptionnelle, la majorité municipale désignait son candidat à la fonction de maire de Tours. Celui qui se présentera face au Conseil Municipal qui se tiendra le mardi 17 octobre et sera donc sauf surprise élu maire de Tours jusqu’aux prochaines élections municipales.

Par Mathieu Guia

Après une lutte entre les deux adjoints centristes Xavier Dateu et Christophe Bouchet, ce dernier était désigné candidat de la majorité à la faveur de l’âge. Après deux tours de scrutin, l’égalité était parfaite entre les deux candidats avec 20 voix chacun et 2 abstentions.

Après plusieurs mois de luttes internes, de jeu de séduction, de mobilisations des soutiens, aucun candidat ne ressortait avec les faveurs de ses homologues. Le critère retenu dans ce cas est la primauté au candidat le plus âgé. Christophe Bouchet a 55 ans, Xavier Dateu, 52… le favori est défait.  Les règles ayant été fixées et approuvées par l’ensemble de la majorité en septembre dernier, la désignation de Christophe Bouchet est actée et le PV signé par tous les membres de la majorité.

Mais dès la sortie de la Mairie le résultat cristallise les tensions, avec d’un côté les partisans de Christophe Bouchet récompensés d’attributions de postes d’adjoints et de l’autre les déçus, perdants par la même occasion leurs fonctions et leur influence au sein de l’organigramme de la majorité. Le remaniement annoncé préalablement par Christophe Bouchet attise les rancœurs chez certains.

Samedi, des voix s’élèvent au sein des élus présents jeudi soir. Les règles n’auraient pas été intégralement respectées. Plusieurs élus « pro-Dateu » évoquent un oubli, il manquerait un troisième tour à l’élection de jeudi soir. Après les deux tours et les deux égalités, un moment de flottement aurait eu lieu dans le huis-clos des élus. A la table des organisateurs de la séance, une discussion entre Serge Babary et les services est entendue par plusieurs élus. « Serge Babary s’est demandé s’il fallait procéder à un troisième tour, quelqu’un des services a dit non, ajoutant que Christophe Bouchet ne le souhaitait pas » indique un membre de la majorité ne souhaitant pas être nommé. « D’ailleurs il y avait trois cases pour les signatures, soit trois tours de scrutin prévus ». Des propos confirmés par un autre élu présent jeudi soir : « il devait y avoir un troisième tour et Serge Babary a hésité à le faire ».

Que dit le document sur les règles de la succession ?

Dans le document sur les règles de succession de Serge Babary, validé par la majorité le 11 septembre dernier et que nous nous sommes procurés, s’il est clairement mentionné un vote au suffrage majoritaire à deux tours, la notion d’un tour supplémentaire en cas d’égalité est également notée. Dans une tournure laissant libre cours à l’interprétation, il est effectivement mentionné sur le deuxième tour du scrutin : « En cas d’égalité, un tour supplémentaire sera organisé. En cas de nouvelle égalité, le plus âgé sera déclaré candidat du groupe ».

Le document en question

Une phrase sur laquelle s’appuient certains élus aujourd’hui pour contester le vote et pousser Xavier Dateu à le faire également.

Contacté hier, Christophe Bouchet ne voit aucun manquement au règlement : « Tout a été respecté. Il est stipulé qu’en cas de double égalité, ce qui a été le cas, le bénéfice de l’âge était choisi pour désigner le candidat ». Même interprétation du côté des services que nous avons interrogés.

Joint également par téléphone, Xavier Dateu dit « prendre connaissance de la situation » tout en affirmant « s’il y a matière à contester nous le ferons », quitte à bousculer le Conseil Municipal prévu dans deux jours donc…

Une question demeure : pourquoi cette contestation est née plus de 24 heures après l’issue d’un vote ratifié par PV par tous les membres présents ? « Le document ne nous a pas été lu avant la réunion, on nous l’a présenté en septembre mais personne ne l’a eu en main hors-mis les membres du G7 qui l’ont préparé » précise Xavier Dateu. (ndlr : Le G7 est le comité politique créé en début d’année 2017 autour de Serge Babary, une garde rapprochée composée de Jacques Chevchentko, Sophie Auconie, Thibault Coulon, Christophe Bouchet, Marion Nicolay-Cabanne et Jérôme Tebaldi).

Quoiqu’il en soit, PV signés ou pas, au sein de cette majorité, certains sont prêts aujourd’hui à remettre tout en cause, un peu comme lors des pires épisodes de luttes internes lors de primaires ou différents congrès de partis. Oui mais seulement là, ce n’est pas seulement le sort d’un parti ou d’une mouvance politique qui est en jeu, mais bien celui d’une ville et de l’intérêt général. Comment la majorité pourra gouverner ensemble derrière, si la contestation allait au bout ? Car quel que soit l’issue de celle-ci, les blessures ne s’oublieront pas. « Mais c’est déjà ingouvernable aujourd’hui » précise néanmoins une élue, fataliste sur le sort de cette majorité en voie d’explosion.

Que va-t-il se passer au Conseil Municipal ?

L’ensemble des élus de la majorité s’est engagée à soutenir le candidat désigné, soit Christophe Bouchet. Mais en contestant son élection, certains s’affranchissent déjà de ce pacte. Quelle sera leur logique mardi soir lors du Conseil Municipal devant élire le maire de Tours ? Plusieurs possibilités s’ouvrent à eux : le soutien à un autre candidat ; la démission avec qui sait, l’espoir de provoquer de nouvelles élections ? (Il faut qu’un tiers du Conseil Municipal démissionne pour que ce soit le cas) ou alors créer un nouveau groupe politique hors de la majorité ? Autant de questions légitimes aujourd’hui vu les stigmates laissés par cet épisode de départ de Serge Babary et cette succession interne à laquelle la majorité n’était pas prête… La politique est souvent plus affaire de passion que de raison… ce psychodrame interne en est une nouvelle preuve…

Originally posted 2017-10-16 22:29:14. Republished by Blog Post Promoter

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bien sûr, “bordel” fait partie des mots de la langue française mais aussi… de ses maux !
    Quant aux palinodies, je ne suis pas persuadé que la majorité des représentants de la classe politique en connaissent le sens même s’ils les pratiquent couramment.
    Merci Christian pour ce rappel.

  2. selon Michel Audiard … les C… ça ose tout , c’est bien a cela qu’on les reconnait !!!!

  3. La politique Tourangelle vue par des journalistes du Loiret. On aura tout vu dans une vie…

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail