“The Square”, un Candide suédois

Une nouvelle fois la Palme d’or cannoise fait polémique et divise la critique du “corrosif et jubilatoire” (Femme actuelle) au “pesant et sentencieux” des Cahiers du Cinéma, les avis sont pour le moins partagés sur ce film suédois.

 

Pour ma part, je ne bouderai pas mon plaisir pour cette satire des Tartuffes de l’art contemporain et cette entrée en matière sur la différence ontologique entre une exposition et une non-exposition expliquée dans une interview de notre sémillant directeur Christian (l’excellent Claes Bang) du musée X-Royal d’art moderne questionné par une journaliste américaine, interview digne des meilleurs pastiches de Raphael Mezrahi. Mais,  du briefing de deux énergumènes publicitaires au délirant diner de gala des amis des musées,  les tribulations de la vie mouvementée d’un directeur de musée, fut-ce-t-il d’art contemporain, et aussi caricaturales soient-elles, ne sauraient suffire à  alimenter cette fiction pour le moins décalée.

« Le Carré est un sanctuaire de confiance et de bienveillance. En son sein, nous avons tous les mêmes droits et les mêmes devoirs. »
(Inscription sur l’œuvre d’art The Square)

L’intérêt du film est plutôt dans sa construction qui enchaine de menus incidents, trame d’un dérèglement progressif d’une vie sociale suédoise pourtant plutôt réputée sans histoire. Au delà des poncifs bien pensants et du politiquement correct, le film met ainsi en scène, avec une désinvolture désabusée, les limites de notre société contemporaine attirée par l’idéal du bonheur individuel et collectif mais confrontées sans cesse à l’inégalité, à la pauvreté visible, ou à l’incompréhension communicative.

Avec un génie dérangeant de la mise en scène, le réalisateur promène son personnage de Candide dans une forme de conte philosophique où l’univers familier met toujours en difficulté les bonnes intentions  et les bons sentiments, et comme pour son Snow Therapy, Ruben Östlund met la confiance (perdue) des sociétés nordiques dans un progrès social sans limite au centre d’un récit dont l’humour  léger et incisif, pose une regard sur notre humanité qui n’est pas sans rappeler Kaurismäki, le finlandais.

A voir pour critiquer la critique !

GP

“The square” un film de Ruben Östlund   2h 22

Avec Claes Bang, Elisabeth Moss, Dominic West

Palme d’Or Cannes 2017

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail