“El Otro”, fou mais pas trop

“El otro”, l’autre, la pièce du metteur en scène chilien Luis Guenuel de la compagnie el Niño Proletario propose un regard sur le monde marginal de la folie. Il s’inspire pour cette mise en scène du travail de la photographe Paz Errazuriz qui a réalisé un reportage en hôpital psychiatrique au Chili, clichés réunis dans un ouvrage intitulé “El Infarto del alma”, série de portraits des laissés pour compte de notre société, au delà même de ces “gens qui ne sont rien” comme les dénommait récemment un Président de la République.

Cette représentation de la maladie mentale est évidemment remarquable par le trouble qu’elle génère chez le spectateur: la finesse de l’observation des comportements et la précision de la gestuelle crée un fort malaise pour un spectateur devenu voyeur de la folie, comme ces foules qui se pressaient dans l’amphithéâtre de Charcot présentant ses hystériques.

L’absence de sens donné aux situations mises en scène confine rapidement au cauchemar, et les textes tirés  du même ouvrage (écrits par Diamela Eltit), projetés pendant la représentation, restent finalement à la surface de la souffrance de la maladie mentale. Car comment montrer la folie ? Ne touche-t-on pas la limite du représentable (comme pour les migrants de Borderline) en mettant en scène des usurpateurs(trices) si doué(e)s soient-ils (-elles), au mimétisme tellement trompeur qu’ils font rire la salle, la souffrance en moins ?

Peut-il y avoir un théâtre brut comme il y a un art brut ? Sans doute la réponse est non, le spectacle vivant impose trop de contraintes, même si le “Ludwig, un roi sur la lune” présenté l’an passé au CDNO, intégrait bon nombre de malades mentaux dans un travail théâtral remarquable évoquant la folie de Louis II de Bavière..

Et puis, comment oublier “La moindre des choses”, le documentaire de Nicolas Philibert qui retraçait le travail théâtral des patients de la clinique de La borde, dans le Loir et Cher ?

GP

PS Si vous voulez poursuivre cette interrogation sur la folie, je vous invite à découvrir le spectacle de la compagnie Scène Ouverte, la comédie musicale Fêlures imaginée, écrite, mise en musique et jouée par une troupe de comédiens pas comme les autres, ce samedi 2 décembre au théâtre d’Orléans.

“El Otro” de Luis Guenuel

El teatro Niño Proletario (Santiago du Chili)
Les 21 et 22 novembre
Théatre d’Orléans
http://www.cdn-orleans.com/

 

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. J’y étais lors de la seconde représentation. Il n’y eut aucun rire, mais une très grande tension dans le public. Le débat qui a suivi fut d’un haut niveau avec deux actrices parlant un français quasi parfait !

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail