Orléans: le mécénat ça nous gagne

Ce jeudi soir au musée des Beaux Arts d’Orléans, L’Association des Professionnels et Directeurs Comptabilité et Gestion en association avec Orléans Mécénat proposait une conférence le thème “ Le Mécénat d’Entreprise “. Avant d’aborder les questions comptables et fiscales qui intéressent bien sûr les potentiels mécènes, Olivier Carré, le maire d’Orléans, profita de cette réunion à laquelle participaient les grandes institutions culturelles orléanaises et des entreprises intéressées par le sujet, pour préciser le projet développé par la ville d’Orléans avec la création de sa fondation Orléans Mécénat.

Le “catalogue” d’Orléans Mécénat

Et olivier Carré d’expliquer que cette démarche s’inscrit pour la ville dans cette nouvelle approche des projets qualifiée de “co-construction”, la volonté municipale portée par les élus s’inscrivant dans un lien direct avec une collectivité d’individus et d’entreprises, collectivité qui se distingue de l’institution “Ville d’Orléans”.
Le mécénat est donc tout naturellement une façon pour tout un chacun d’agir directement sur la vie culturelle, sociale, sportive ou environnementale de sa ville et ainsi de fédérer les acteurs autour d’un but commun: le bien vivre ensemble.

Le mécénat n’est pas chose nouvelle à Orléans, de vénérables institutions comme les Amis des Musées ou de plus récentes comme Crescend’o, soutien de l’Orchestre Symphonique, consacre beaucoup d’énergie à trouver des financements auprès des entreprises et des individus, et il n’y a pas si longtemps, l’Union Patronale avec Mécène Entreprise avait pris l’habitude chaque année de financer un projet culturel par le mécénat.

Reste que la ville d’Orléans élargit l’approche avec la création de la fondation Orléans Mécénat et le recrutement de son directeur, Laurent Fesnault, et en éditant un catalogue de propositions d’actions de mécénat dans lequel les projets de la ville se taillent la part du lion*.
La dynamique induite par cette action devra donc élargir la collecte de fonds si l’on ne veut pas voir les institutions entrer en concurrence pour un financement auprès d’entreprises mécènes pas si nombreuses. L’exposé du conférencier de l’ANDC rappelait néanmoins l’importance, souvent négligée, dans le mécénat d’entreprises des TPE/PME, et la récente initiative du Musées des Beaux Arts de recourir à un financement participatif pour l’acquisition de dessins du XIXe de l’artiste orléanais Delaperche, nous montre l’implication du grand public dans le financement de projets auxquels il s’associe selon ses moyens.

GP

*Dommage aussi que cette belle plaquette ne mentionne pas nombre d’associations qui œuvrent souvent bénévolement, à la diffusion culturelle ou à l’action sociale (O’Jazz, La Ruche en Scène, l’ATAO, Bath’art, et tant d’autres…) et que le mécénat pourrait utilement soutenir.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Pourquoi ne pas mentionner une pionnière,l’APAC,Association Populaire pour l’Art et la Culture?Son dernier et infatigable animateur nous a quittés il y a juste un an…
    L’oubli, bien sûr, fait partie de la mémoire.

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail